Ecoutez Radio Sputnik
    QG du Comité international olympique à Lausanne

    Sommet olympique: réformes et relations CIO-AMA au menu

    © AFP 2017 FABRICE COFFRINI
    Sports
    URL courte
    639971

    Deux mois après les JO de Rio et l'exclusion d'une grande partie des sportifs russes, un sommet olympique se réunit à Lausanne afin de formuler des propositions de réformes du système de lutte antidopage et de l'Agence mondiale antidopage (AMA).

    Réunis samedi en sommet à Lausanne, les principaux responsables du sport mondial doivent réfléchir à des mesures à adopter pour rendre la lutte antidopage "plus robuste, efficace et indépendante", a déclaré à l'ouverture du forum le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, ajoutant que la famille sportive devait avancer unie.

    Le sommet va dresser le bilan des JO de RIO qui resteront gravés dans la mémoire des gens par de nouveaux records, mais aussi et surtout par le scandale de dopage qui a exclu une grande partie des athlètes russes, dont beaucoup étaient « propres ».

    « Nous poursuivons tous un seul et même objectif qui consiste notamment à protéger les athlètes propres. Nous devons empêcher toute réédition de cette situation à l'avenir. Il faut revoir complètement le fonctionnement de l'Agence mondiale antidopage (AMA) », a souligné M. Bach.

    Le président de la Fédération internationale de ski (FIS) et membre de la commission exécutive du CIO, Gian-Franco Kasper, a également insisté sur une réforme de l'AMA.

    « L'AMA est une structure purement technique, chargée de tests. Elle ne doit pas adopter de décisions politiques (…) Sa mission est de lutter contre le dopage. Elle ne doit en aucun cas mener une lutte politique », a rappelé M. Kasper.

    Le président du Comité olympique russe, Alexandre Joukov, participant au sommet de Lausanne, a fait remarquer que plusieurs décisions de l'AMA avaient été soumises à une critique rigoureuse lors de la dernière session du CIO.

    « L'AMA est entre autres critiquée pour le manque de transparence dans son travail», a-t-il déclaré.

    Fin août, l'ex-chef du Service antidopage russe Nikolaï Dourmanov avait demandé à ce que la lumière soit faite sur relations entre le CIO et l'AMA lors du sommet olympique.

    « Pour le Comité international olympique, la tenue des compétitions à un bon niveau, le maintien de la nécessaire température économique, c'est-à-dire de l'afflux de sponsors et d'annonceurs, sont une priorité absolue. Par contre, l'Agence mondiale antidopage se concentre plutôt sur des scandales qu'elle déclenche à l'occasion de différentes grandes dates. Ces deux organisations doivent enfin éclaircir leurs relations », a estimé M. Dourmanov.

    Si tout se passe, comme prévu, les propositions de réformes formulées samedi à Lausanne seront examinées par la commission exécutive de l'AMA les 19 et 20 novembre prochains et, suite à tous les contacts nécessaires, une « feuille de route » sera rédigée pour le développement ultérieur du mouvement antidopage.

    Selon le rapport McLaren, la Russie aurait élaboré un moyen pour remplacer des échantillons d'urine de sportifs et qu'en conséquence 643 tests de dopage des sportifs de 30 disciplines auraient été remplacés entre 2012 et 2015. A la suite de cette enquête, l'AMA a appelé le CIO à interdire à tous les athlètes russes de se présenter aux JO de Rio.

    Cependant, la commission exécutive du CIO a autorisé les sportifs russes non impliqués dans le scandale de dopage à participer aux compétitions. Dans le même temps, le président du Comité international paralympique (CIP) Philip Craven a exclus tous les athlètes russes des Jeux paralympiques de Rio.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

     

     

    Lire aussi:

    L'Agence mondiale antidopage bientôt hors-jeux?
    Contrôle antidopage: Poutine appelle à mettre en place des normes internationales unifiées
    JO de Sotchi et Agence mondiale antidopage : une manoeuvre politique
    Tags:
    relations, sommet, tests, lutte antidopage, athlètes, JO 2016 de Rio de Janeiro, Comité olympique de Russie (ROC), Fédération internationale de ski (FIS), Agence mondiale antidopage (AMA), Comité international olympique (CIO), Richard McLaren, Philip Craven, Nikolaï Dourmanov, Gian-Franco Kasper, Alexandre Joukov, Thomas Bach, Lausanne, Suisse
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik