Ecoutez Radio Sputnik
    Paris 2024 : le slogan des JO fait déjà scandale

    Paris et Los Angeles face à face pour organiser les JO 2024

    © Photo. Youtube / capture d'écran
    Sports
    URL courte
    875
    S'abonner

    Budapest jette l’éponge, Paris et Los Angeles sont désormais seules en lice : la course à l’organisation des jeux Olympiques 2024 a changé de nature avec le retrait de la candidature de la capitale hongroise, mercredi soir.

    Budapest, qui était en lice aux côtés de Los Angeles et de Paris, ne faisait pas figure de ville favorite pour les JO de 2024. La capitale hongroise, engluée depuis des mois dans le bourbier généré par l'impopularité de sa candidature auprès de ses habitants, avait certes prévu d'aller vite. Mais les responsables politiques ont surpris tout le monde en sifflant dès mercredi la fin de la partie.

    Depuis la remise, la semaine dernière par les opposants à la candidature, d'une pétition forte de 250 000 signatures demandant la tenue d'un référendum local à Budapest sur le sujet, le maire de la capitale, Istvan Tarlos, avait laissé entendre que sa ville pourrait se retirer de la course.

    La décision annoncée mercredi a été prise lors d'une réunion entre le Premier ministre Viktor Orban, le maire de Budapest et le président du Comité olympique hongrois.

    « Pour Budapest et la Hongrie, les Jeux olympiques sont une question nationale », a déclaré le gouvernement dans un communiqué publié par l'agence de presse hongroise MTI. « Ces derniers mois, l'unité qui prévalait précédemment s'est brisée et la question des Jeux olympiques est passée d'une question nationale à une question de parti. Les partis d'opposition sont responsables de cela, ceux qui ont fait marche arrière par rapport à leur décision précédente (de soutenir la candidature) », a ajouté le gouvernement.

    Selon un sondage publié mercredi par l'institut Median, un Hongrois sur deux souhaite que Budapest renonce, et seulement un sur trois est favorable au maintien de la candidature. À Budapest même, 56 % des électeurs se disent hostiles à la candidature.

    Le sentiment des Hongrois a changé quand un mouvement regroupant de jeunes adultes, le Momentum, a réuni plus de 250 000 signatures en un mois pour demander un référendum sur la candidature de Budapest.

    Aucun groupe d'opposition n'avait eu un tel impact sur une question majeure depuis l'arrivée au pouvoir de Viktor Orban en 2010. En visant les Jeux olympiques, Momentum a contesté un événement considéré comme d'importance symbolique pour le chef du gouvernement.

    Réagissant à l'annonce du retrait, le porte-parole de Momentum, Gergo Papp, a déclaré au site internet Index.hu que le gouvernement avait fait marche arrière « lâchement », en privant le peuple de l'occasion de voter sur le sujet. Dans la course à l'organisation, Budapest s'était singularisée en jouant la carte d'une candidature « modeste » et « à taille humaine », face aux poids lourds Paris et Los Angeles, les deux seules autres villes candidates désormais encore en lice à sept mois de la désignation de la ville lauréate par le CIO.

    Paris ou Los Angeles? Les deux mastodontes et favoris annoncés pour la victoire sont désormais face à face, alors que la décision finale sera prise après un vote des instances olympiques le 13 septembre prochain, à Lima (Pérou).

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Chine: le panda des JO est mort à 25 ans
    «Made for sharing»: les débats font rage autour du slogan des JO 2024
    Les médailles des JO 2020 seront fabriquées à partir de déchets électroniques
    Tags:
    candidats, Budapest, Los Angeles, Paris
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik