Sports
URL courte
36836
S'abonner

Des échauffourées ont eu lieu avant le début de la rencontre de Ligue Europa entre l'Olympique lyonnais et le Besiktas, à Lyon. La police a utilisé des gaz lacrymogènes.

De violents incidents ont éclaté jeudi à Lyon (Rhône) entre des supporteurs turcs et la police avant le match de Ligue Europa entre l'Olympique lyonnais (OL) et le Besiktas.

​Un stadier et plusieurs autres personnes ont été blessées. 

​Des spectateurs lyonnais ont envahi la pelouse quinze minutes avant le match pour se mettre à l'abri des supporteurs turcs les plus violents qui jetaient des projectiles et pétards du haut des tribunes.

Le coup d'envoi du match a été retardé de 45 minutes.

​Des groupes de supporteurs ont chargé des policiers qui ont répliqué.

​​Des fans turcs ont saccagé une boutique de l'Olympique lyonnais près du stade. Ils ont brisé deux portes vitrées du magasin et mis la boutique sens dessus dessous. La sécurité a dispersé les assaillants.

Une altercation opposant les sympathisants des deux clubs a eu lieu non loin du stade. Des supporteurs turcs ont lancé des fumigènes en direction des supporteurs sortant des rames de tramway.

La police a eu recours aux gaz lacrymogènes.

Le match a été placé au niveau maximum de risque (4 sur 4) par les autorités françaises.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

La Turquie accuse la France de se comporter «comme un caïd» en Méditerranée
Les États-Unis saisissent pour la première fois une cargaison iranienne, en toute illégalité
Un septuagénaire gravement blessé après avoir été percuté accidentellement par le GIGN
Tags:
stade, blessés, incident, Ligue Europa, Besiktas, Olympique Lyonnais (club de football), Lyon, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook