Ecoutez Radio Sputnik
    Agence antidopage AMA

    AMA sur le scandale de dopage russe: «être mentionné dans un rapport n’est pas une preuve»

    © AP Photo/ Bernat Armangue
    Sports
    URL courte
    8846201

    L’Agence mondiale antidopage (AMA) a commenté les informations des médias américains sur sa décision de clore l’enquête concernant 95 sportifs russes accusés de dopage.

    La présence des noms de sportifs russes dans le rapport de Richard McLaren, chef de la commission indépendante de l'Agence mondiale antidopage (AMA/WADA) ne prouve pas qu’ils ont violé les règles antidopage, a déclaré mercredi l’AMA.

    «Il manque des preuves attestant que ces sportifs ont utilisé des substances interdites. L’AMA a pris la décision [de clore l’enquête, ndlr] après avoir étudié les dossiers de chaque sportif. Le fait que le rapport de Richard McLaren mentionne les noms de ces sportifs n’est pas suffisant pour affirmer que ces athlètes ont été dopés», a indiqué le service de presse de l’AMA.

    L’agence a poursuivi son enquête concernant un seul sportif russe dont le nom n’a pas été divulgué.

    Les membres de la commission exécutive de l’AMA se pencheront sur la situation autour du scandale de dopage le 24 septembre prochain.

    Le journal The New York Times a annoncé mercredi que l'AMA avait clos l'enquête concernant 95 des 96 sportifs russes impliqués dans un scandale de dopage suite à la publication d’un rapport du juriste canadien Richard McLaren.

    Richard McLaren, président de la commission spécialisée de l'AMA, a affirmé en novembre 2015 que la Russie avait mis en place un système de dopage institutionnalisé. Depuis le début du scandale, Moscou a démenti à plusieurs reprises toute existence d'un tel système, insistant sur la responsabilité individuelle des sportifs dopés ou de responsables ayant poussé au dopage. Toutefois, l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) a interdit aux athlètes russes de participer à des compétitions internationales, y compris aux Jeux olympiques de Rio 2016. Le Comité international paralympique (CIP), à son tour, a interdit à tous les paralympiens russes de prendre part aux Jeux paralympiques de Rio 2016 et aux Jeux paralympiques d'hiver 2018 qui se tiendront à Pyeongchang, en Corée du Sud.

    Richard McLaren a récemment retiré ses accusations contre la Russie concernant l'existence d'un système étatique de soutien au dopage dans le sport.

    Lire aussi:

    McLaren reconnaît l'absence d'un soutien de l’État au dopage en Russie
    Le chef de l’USADA qualifie l'AMA de «renard gardant son poulailler»
    Dopage: le Rapport McLaren contient des informations fausses
    Tags:
    lutte antidopage, dopage, Agence mondiale antidopage (AMA), Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik