Sports
URL courte
18851
S'abonner

Deux années de pause ne sont pas restées sans effet pour le combattant irlandais Conor McGregor estime son entraîneur en chef, précisant que lors de ce combat ce dernier ne portait pas ses frappes d’une manière aussi dangereuse qu’habituellement.

Dans une interview à la chaîne ESPN, John Kavanagh, l'entraîneur du combattant irlandais de MMA Conor McGregor, s’est prononcé sur les raisons de la défaite de ce dernier face au Russe Khabib Nurmagomedov. 

«Je pense que notre préparation au combat contre Nurmagomedov revêtait un caractère très défensif. Conor est un excellent combattant d’attaque. Lors de son précédent combat, lorsqu’il avait l’occasion d’attaquer, ce n’était pas le même Conor qu’on avait vu pendant le duel avec Eddie Alvarez», explique Kavanagh. 

Selon ce dernier, le fait que McGregor n’a pas pris part à des combats pendant deux ans s’est fait ressentir. «Avant je disais que cela n’aurait aucune répercussion sur lui. Toutefois, aujourd’hui, en refaisant le combat dans ma tête, je comprends que cette rupture eu un effet. Il ne frappait pas d’une manière aussi dangereuse que d’habitude», a-t-il ajouté. 

Et d’ajouter que c’est justement Nurmagomedov qui devait être le prochain adversaire de McGregor. «Il est pris par cette idée, comme après la défaite contre Nate Diaz». 

Pour rappel, à Las Vegas le 6 octobre 2018 Khabib Nurmagomedov a défendu son titre de champion de l'UFC en remportant la victoire sur Conor McGregor au quatrième round par un étranglement arrière. Tout de suite après la défaite, l’Irlandais a déclaré souhaiter une revanche.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Sanctions contre la Russie, le Venezuela et la Birmanie: «une erreur stratégique majeure commise par l’UE»
Tags:
combat, causes, défaite, John Kavanagh, Conor McGregor, Khabib Nurmagomedov
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook