Sports
URL courte
Par
263374
S'abonner

L’international français du Barça Antoine Griezmann a annoncé avoir mis fin à toute coopération avec Huawei, accusé d’avoir contribué à la surveillance spécifique des Ouïghours.

Sur fond de polémique autour de la marque Huawei, accusée d’implication dans les persécutions de la minorité ouïghoure en Chine, l’attaquant du FC Barcelone Antoine Griezmann a rompu son partenariat avec l’entreprise de télécommunication.

Précédemment, le Washington Post, se référant à l’agence spécialisée en vidéosurveillance IPVM, avait affirmé que Huawei contribuait pour le compte du gouvernement chinois à la surveillance spécifique des Ouïghours. Dans le sillage de cette publication, l’international français a annoncé via son Instagram avoir mis un terme à toute coopération avec le groupe:

Посмотреть эту публикацию в Instagram

Публикация от Antoine Griezmann (@antogriezmann)

«J’en profite pour inviter Huawei à ne pas se contenter de nier ces accusations mais à engager au plus vite des actions concrètes pour condamner cette répression de masse et user de son influence pour contribuer au respect des droits de l’homme et de la femme au sein de la société», a expliqué le joueur du Barça.

Dans les pas d’Özil et Demba Ba

Antoine Griezmann n’est pas la première star du football à vouloir attirer l’attention sur le problème. En août, l’attaquant franco-sénégalais Demba Ba avait appelé le monde du foot à condamner la situation de la minorité musulmane ouïghoure.

Avant lui, en décembre dernier, l'Allemand Mesut Özil avait affiché son soutien aux Ouïghours en épinglant le «silence» des pays musulmans sur leur situation.

Lire aussi:

Ex-ambassadeur de France à Moscou: «Joe Biden a très clairement compris le message du Président russe»
La France enregistre 300.000 nouveaux millionnaires pendant la pandémie
«Blancheur de la nourriture française»: Sciences Po s’enfonce toujours plus loin dans la dérive racialiste
Tags:
football, FC Barcelone, Antoine Griezmann, répressions, Huawei, Chine, ouïghours
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook