Ours

Match France-Argentine: cet ours russe sait déjà qui va gagner

© Photo. Pixabay
Coupe du monde de football 2018
URL courte
759

On vous présente Iakov Potapich, ours-footballeur russe qui, à ses heures perdues, s'exerce par ailleurs à prédire l'issue des matchs de la Coupe du Monde de football. Que pense-t-il de celui entre la France et l'Argentine qui est sur le point de commencer dans la ville russe de Kazan?

Vendredi, sur un terrain improvisé dans un parc russe, à Moscou, l'ours Iakov Potapich a joué au football avec des correspondants de la chaîne russe Pierviy Kanal. La rencontre avait été organisée dans un but peu ordinaire. Les journalistes lui ont demandé de prédire l'issue du match à venir entre les Bleus et les Argentins. Puisque le plantigrade semble posséder la capacité de prévoir l'avenir…

Vêtu d'un maillot aux couleurs de la chaîne, l'ours se trouve sur la pelouse où sont posés deux tonneaux, un pour indiquer l'équipe de France, l'autre, d'Argentine.

«Deux équipes très fortes, l'Argentine et la France. Iakov Potapich, qui va l'emporter, d'après toi?», lui demande la correspondante. «Sur le terrain, tu vois deux tonneaux, fais ton choix!»

Après une seconde d'hésitation, l'ours, qui soutient d'habitude l'équipe de Messi, se dirige vers les tonneaux. Près de celui des Bleus, Iakov Potapich arrête le ballon avec ses pattes antérieures, ne bouge pas, comme s'il réfléchissait… et laisse tomber le ballon dans le tonneau!

«Choix extraordinaire» pour le fan des Argentins, constate la correspondante, mais on ne remet pas en cause des prédictions. Allez, les Bleus! Merci, Iakov Potapich! Dans quelques heures, on saura si ta prédiction était exacte.

Lire aussi:

Messi n’ira pas à Jérusalem, le match Israël-Argentine annulé
Une mouette a évité de justesse une collision avec un drone!
Mondial 2018: un champion du Monde rêve à la «revanche» de l’Argentine sur l’Allemagne
Tags:
match, prédictions, ours, football, Mondial 2018, Argentine, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik