La Russie veut lancer sa propre station spatiale

© Photo NASAKommersant
Kommersant - Sputnik France
La Russie pourrait déployer sa propre station orbitale de haute latitude dès 2017, écrit lundi le quotidien Kommersant.

La Russie pourrait déployer sa propre station orbitale de haute latitude dès 2017, écrit lundi le quotidien Kommersant.

Pour mettre en œuvre ce projet élaboré par les organisations scientifiques de l'Agence fédérale spatiale russe (Roskosmos), il faudrait renoncer au développement du segment russe de la Station spatiale internationale (ISS). La Russie tiendrait tout de même ses engagements devant les autres partenaires du programme jusqu'en 2020. Des modules auparavant prévus pour l'ISS pourraient être intégrés à la nouvelle station.

Selon une source proche de la direction de l'Institut central de recherche mécanique (entreprise de premier plan scientifique dans le secteur), la sortie sur orbite d'une station de haute latitude russe est l'une des propositions centrales du projet de développement de la cosmonautique russe d'ici 2050. Le déploiement de la station russe est prévu entre 2017 et 2019.

On ignore encore le coût du projet. Selon certaines informations, des modules et des appareils conçus pour le segment russe de l'ISS seront utilisés à l'étape initiale du déploiement de la station spatiale. Les sources espèrent que cela n'entraînera pas de dépenses supplémentaires. La Russie participe au programme de l'ISS depuis 1998: actuellement, Roskosmos dépense six fois moins d'argent que la NASA pour son entretien (les USA ont alloué 3 milliards de dollars rien qu'en 2013).

Avant de rejoindre le projet ISS, la Russie exploitait le complexe orbital Mir. En 2001, il a été sorti de son orbite et noyé dans l'océan Pacifique, entre autres à cause du coût élevé de son entretien – près de 200 millions de dollars par an. En 2011, l'ex-président de l'Agence aérospatiale russe Iouri Koptev a reconnu qu'il n'y avait "aucune raison de poursuivre la mission Mir en raison de son état catastrophique. A certains moments critiques, nous perdions même le contrôle de la station pendant la correction de son orbite de vol".

La réunion de la commission intergouvernementale russo-kazakhe est prévue le 24 novembre à Astana avec la participation des vice-premiers ministres russes Igor Chouvalov et Dmitri Rogozine. Ce dernier pourrait organiser une réunion spéciale sur la cosmonautique habitée, notamment la seconde étape de construction du cosmodrome Vostotchny. Le lancement d'un vaisseau habité y est prévu pour 2018.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала