Le Vieux continent assiégé: les réfugiés profitent de la situation

© AP Photo / Santi Palaciosmigrants
migrants - Sputnik France
Passer quelques mois dans le nord de l'Europe pendant que leur demande d'asile est examinée reste, pour la majorité des migrants qui arrivent aujourd'hui sur le Vieux continent, une solution moins invivable que travailler dans son pays d'origine pour un salaire à peine suffisant pour se nourrir.

Qu'ils aient rencontré personnellement les réfugiés ou simplement vu des photos dans les journaux, les Européens savent qu'un grand nombre de personnes désespérées tentent de s'introduire en Union européenne par tous les moyens. Et cette prise de conscience devra encore être transformée en réaction.

Migrants. Image d'illustration - Sputnik France
Les islamistes recrutent des réfugiés en Allemagne
La tension dans les relations entre les membres de l'UE semble également monter. Des règles précises établissent la répartition des responsabilités pour les réfugiés. Conformément à la convention de Dublin, le premier État membre de l'UE dont un homme franchit la frontière doit lui offrir un asile. Ce qui devient problématique aujourd'hui car cette règle, si elle était appliquée à la lettre, reporterait tout le poids de la crise sur les pays frontaliers de l'UE. Dans les années 1990, quand les pays de l'UE recevaient seulement 300.000 demandes d'asile par an, cela ne posait aucun problème. Mais dans les circonstances actuelles, quand leur nombre a triplé, ce principe ne fonctionne plus.

Il y a quelques mois, la Commission européenne avait tenté de mettre en œuvre une proposition audacieuse pour répartir les réfugiés à travers les pays de l'UE par une simple équation dont les variables étaient le nombre d'habitants et le PIB. Mais le plan a été rejeté car les pays européens, notamment ceux qui comptaient le plus faible nombre de réfugiés, affirmaient que cette approche était une ingérence illégitime dans leurs affaires intérieures.

Tout le monde reconnaît l'existence du problème mais la solution nécessite l'unanimité. Or elle ne peut être atteinte parce que chaque pays défend uniquement ses propres intérêts. La seule solution consiste à ne pas tenir compte des pays qui refusent d'accueillir des migrants, du moins provisoirement, et d'élaborer une solution avec ceux qui sont prêts à partager cette tâche.

Des migrants en Hongrie - Sputnik France
Des cellules dormantes de l'EI présentes en Europe?
En corrélation avec la hausse du nombre de demandeurs d'asile, la durée de traitement de ces demandes augmente elle aussi — tout cela rend le système encore plus attrayant pour les migrants économiques. En effet, près de la moitié des demandeurs d'asile en Allemagne aujourd'hui est arrivée de pays sûrs comme la Serbie, l'Albanie ou la Macédoine. Les populistes européens profitent l'occasion pour semer la peur et la colère au sein du public européen.

L'Union européenne doit prendre des décisions sur deux fronts. Premièrement, les membres de l'UE doivent augmenter d'urgence leurs ressources pour l'examen des requêtes d'asile afin d'identifier rapidement ceux qui ont besoin de protection. Deuxièmement, l'UE doit améliorer la répartition de la charge — dans l'idéal entre tous les pays, mais dans un premier lieu seulement parmi un groupe réduit — pour offrir un toit à ceux qui ont déjà obtenu un statut officiel de réfugié.

Dans le cadre du droit international et de la morale humaine, l'Europe ne peut pas agir autrement.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала