Quel impact les troubles du sommeil ont-ils sur la mémoire?

Les troubles du sommeil conduisent à des problèmes de mémoire, a conclu un groupe international de scientifiques.

Les résultats de l'étude ont été publiés dans la revue Science. Ainsi, les chercheurs sont arrivés à cette conclusion après avoir mené une série d'expériences sur des souris.

Sommeil - Sputnik France
C'est la crise mondiale… du sommeil
Tout d'abord, pendant quelques jours, ils montraient deux objets de la même forme aux souris, dont l'un restait le même, alors qu'on changeait constamment l'autre. Les souris passaient beaucoup plus de temps à étudier le nouvel objet, ce qui, selon les scientifiques, montre la capacité des animaux à mémoriser.

Puis, pendant le sommeil paradoxal, les chercheurs affectaient par des impulsions lumineuses les neurones des rongeurs associés à la mémoire, ce qui conduisait au fait que, le lendemain, les souris ne pouvaient pas se rappeler de l'objet montré la veille.

Sur la base de ces expériences, les experts ont conclu que les troubles du sommeil étaient étroitement liés aux problèmes de mémoire.

Auparavant, des neurobiologistes de l'Université de Californie avaient déterminé la façon dont le sommeil lent profond contribue à la formation des souvenirs durables.

Un cerveau - Sputnik France
Le sommeil profond fixe-t-il nos souvenirs?
Ainsi, tandis que nous dormons, notre cerveau continue de fonctionner, même s'il ne reçoit plus d'informations depuis les organes sensoriels.

Sur un électroencéphalogramme standard enregistré pendant le sommeil, on distingue des signaux successifs de haute et de basse fréquences qui témoignent d'une activité neuronale intense dans l'hippocampe (zone du cerveau humain responsable de la mémoire) et dans le cortex cérébral ("matière grise" responsable des émotions, de la conscience et de la formation de la personnalité).

Ainsi, l'hippocampe "transmet" certains souvenirs épisodiques récupérés pendant la journée vers le cortex cérébral qui les transforme par la suite en souvenirs durables, ont conclu les neurobiologistes de l'Université de Californie.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала