Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Attentat de Nice: premiers éléments d’analyse

S'abonner
L’Etat islamique essaie de renforcer la légitimité religieuse de ses actions terroristes et privilégie le vendredi, jour sacré pour les musulmans, selon un expert français.

A photo taken on July 15, 2016 shows a police barricade set up at the site in Nice where a gunman smashed a truck into a crowd of revellers celebrating Bastille Day, killing at least 84 people. - Sputnik France
"Un foyer islamiste s’est développé à Nice récemment"
Un gros attentat était attendu en province, notamment dans une zone comportant une grande concentration de djihadistes. "Le choix de la province permet en effet de répandre l'insécurité au sein de l'ensemble de la population française en espérant que les forces de sécurité soient moins bien préparées à ce type d'action", a indiqué à Sputnik Thomas Flichy de La Neuville, membre de l'Université Paris IV-Sorbonne.

"Nice, c'est un lieu de tourisme très ancien en Europe. Le rayonnement touristique et culturel de Nice est le gage d'un retentissement international certain", souligne-t-il.

L'Etat islamique essaie de renforcer la légitimité religieuse de ses actions terroristes et privilégie — lorsque ses attentats sont téléguidés de Syrie — le vendredi, jour sacré pour les musulmans, précise l'expert. L'attentat du 14 juillet relève de la même logique.

Attentat de Nice: l’horreur raconté par les rescapés - Sputnik France
Attentat de Nice: l’horreur racontée par les rescapés
En analysant le moyen choisi par les terroristes, M. de La Neuville rappelle que l'Etat islamique utilise fréquemment les camions comme vecteurs d'attentat. Pour se protéger de ce moyen d'action, des pays comme la Tunisie ont mis en place des plots escamotables anti-camion-bélier. En Grande-Bretagne, des équipements anti-véhicules-béliers sont de plus en plus vendus.

L'analyste a également évoqué les résonances historiques de l'attentat, de 1789, 1790 et 1914. "Alors que l'on célèbre précisément le centenaire de la guerre de 1914, l'attentat de Nice nous ramène brusquement à l'ambiguïté du 14 juillet, qui est à la fois la fête pacifique de la Fédération des Français autour du Roi — le 14 juillet 1790 — et du déchaînement gratuit de la violence qui commence en juillet 1789."

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала