Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Votre cerveau est plus honnête que vous

© Photo pixabaycerveau
cerveau - Sputnik France
S'abonner
Le cerveau influence lui-même les décisions que l'on prend en favorisant les choix acceptables d'un point de vue moral.

Selon les chercheurs britanniques à l'origine de cette découverte, si un acte semble digne certaines zones du cerveau affichent une activité accrue, tandis que ce dernier réagit de manière moins intense aux décisions qui entrent en contradiction avec la morale.

 

В вирусологической лаборатории Центра по профилактике и борьбе со СПИДом и инфекционными заболеваниями - Sputnik France
Cancer et diabète, des liens révélés, les patients bientôt mieux soignés ?
Les scientifiques du collège universitaire de Londres voulaient comprendre pourquoi la plupart des personnes, en dépit de la tentation d'obtenir un profit de manière malhonnête, s'efforçaient d'avoir un comportement décent. Les expériences ont montré que certaines zones du cerveau réagissaient plus activement aux décisions qui correspondaient aux valeurs morales. Selon les experts, le cerveau évalue la décision de ne pas nuire à autrui comme quelque chose de plus valeureux, d'un point de vue psychologique, que le profit.

 

56 volontaires, répartis par paires, ont participé à l'étude. Dans un premier temps ils pouvaient choisir le montant de la récompense reçue pour administrer une décharge électrique, faible mais perceptible, à soi-même ou au binôme. Les sujets ignoraient qui serait leur « coéquipier ». Au cours de cette expérience, les chercheurs ont constaté l'activation de la zone du cerveau déterminant la valeur de la récompense — le striatum — qui fonctionnait plus intensivement quand les volontaires décidaient de recevoir une récompense en s'infligeant une décharge. Cela signifie que cette décision leur semblait plus valeureuse, indiquent les chercheurs.

Fruit - Sputnik France
Etre à jeun, c’est bon pour le cerveau!
Les scientifiques ont également noté que le cortex préfrontal, qui est sollicité en cas de jugement moral, s'activait différemment en fonction de la récompense proposée pour tel ou tel acte. Ces deux régions interagissaient quand les sujets décidaient que la récompense ne valait pas la peine de nuire à l'autre personne.

Les experts notent également que la plupart des sujets ont préféré s'administrer une décharge plutôt qu'à leur binôme, ce qui confirme que non seulement un individu apprécie davantage une décision moralement juste, mais également qu'il la suit dans ses actions.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала