Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Dopage: des hackers dévoilent l'hypocrisie du monde du sport

© AP Photo / David J. PhillipMo Farah
Mo Farah - Sputnik France
S'abonner
Les hackers de l'équipe Fancy Bears ont piraté la boîte mail de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF) où l'on découvre de nombreux détails cachés sur les dossiers sensibles liés au dopage dans le sport.

Dans ces courriers rendus publics on apprend ainsi que le quadruple champion olympique britannique Mo Farah était sérieusement soupçonné de consommation de produits illicites, qu'une coureuse américaine a failli être sanctionnée pour avoir reçu des soins contre l'infécondité, qu'un marcheur suédois a perdu connaissance pendant un examen de dopage, alors qu'au Kenya les sportifs esquivent les tests de dopage avec l'aide des policiers.

Le britannique Farah, autorisé à se doper par l’AMA, récompensé - Sputnik France
Le britannique Farah, autorisé à se doper par l’AMA, récompensé
Les hackers ont trouvé plusieurs lettres et documents qui indiquent que l'IAAF semblerait faire preuve d'hypocrisie et commettrait de fautes graves, ce qui remet en question la compétence de l'association qui a endossé la responsabilité de l'une des principales disciplines olympiques.

Une lettre signée par Pierre-Yves Garnier, membre du département médical et antidopage de l'IAAF, contient une liste de sportifs dont les indices du passeport biologique ont semblé suspects au moins une fois aux experts. On y note immédiatement la présence de Mo Farah, quadruple champion olympique de course de fond.

Peu de temps avant les JO de Londres, Farah a manqué deux tests antidopage en avançant des explications peu convaincantes: il n'aurait pas entendu les officiers du dopage frapper à sa porte. Une nouvelle infraction de ce genre aurait pu conduire à sa disqualification.

Site du groupe Fancy Bear - Sputnik France
Des centaines d’athlètes US de haut niveau autorisés à se doper
Les Fancy Bears avaient déjà fourni la preuve qu'en 2014 Farah aurait reçu de la vicodine et de la morphine par intraveineuse à des fins thérapeutiques, même si ces produits sont interdits dans le sport.

Cette fois, les hackers ont dévoilé un document où, en face du nom de Mo Farah, se trouve la mention «Probable dopage, passeport suspect, informations complémentaires demandées». Cette conclusion a été tirée après un test du 23 novembre 2015. Toutefois, dans un autre tableau publié six mois plus tard, le Britannique est désigné comme un sportif hors de soupçon.

Les hackers ont publié également une correspondance consacrée à la coureuse américaine Molly Beckwith-Ludlow, qui avait reçu un avertissement pour usage de clomifène.

Parmi les documents révélés par les Fancy Bears, on retrouve la déposition du marcheur suédois Perseus Karlström, qui s'est plaint à l'IAAF de la procédure inadmissible du test de dopage qu'il avait dû subir au Mexique. Il y qualifie la femme qui a prélevé son sang «d'incompétente». Après la première tentative de prélever son sang du bras gauche elle a renversé le sang par terre et sur les vêtements du sportif. Après quoi la veine de l'athlète a enflé et il a perdu connaissance. Perseus Karlström a noté que ce test avait été ordonné par l'IAAF, qui avait envoyé cette agente antidopage, c'est pourquoi elle devait répondre de cet incident.

Le sujet du dopage russe fait quitter une émission de la chaîne ARD par un expert allemand - Sputnik France
Refusant d'aborder le dopage russe, un expert de la chaîne allemande ARD quitte le plateau
Dans une autre lettre, Thomas Capdevielle de l'IAAF s'adresse au président de l'Association kényane d'athlétisme Jackson Tuwei. Il se plaint que les sportifs kényans s'entraînent sur des bases de police, ce qui empêche les officiers antidopage de les contrôler. Il demande donc à Tuwei, général à la retraite, d'interférer auprès de la police pour régler ce problème.

On s'étonne du ton du représentant de l'IAAF envers le président de l'association kényane. Car les athlètes russes qui se sont retrouvés dans la même situation n'ont pas pu compter sur une demande aussi polie. L'IAAF a disqualifié toute la Fédération russe d'athlétisme, entre autres, parce que certains sportifs s'entraînaient dans des villes fermées inaccessibles aux officiers antidopage. Pour cette raison, les Russes ont été interdits de participation aux compétitions internationales alors que les Kényans continuent de se cacher des services antidopage derrière le dos des policiers.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала