Une école britannique compte mettre la lecture de «Mein Kampf» au programme

CC0 / / Un livre
Un livre - Sputnik France
Les idées racistes, sexistes et nationalistes seront apprises aux élèves dans une école britannique afin de montrer leur dangerosité aux enfants.

Une école britannique a annoncé l'introduction d'un cours, lors duquel les écoliers pourraient discuter les idées d'Adolf Hitler, a fait savoir mercredi le Daily Mail.

Présidente du Conseil de la Fédération, Valentina Matvienko - Sputnik France
Une sénatrice russe appelle à classer la victoire sur le nazisme au patrimoine mondial
L'école de garçons Simon Langton Boys School, qui a introduit ce cours, est située dans la ville de Canterbury, dans le comté du Kent. Le cours intitulé Unsafe space (espace dangereux) est censé de développer «la liberté de pensée». Les élèves âgés de 16 à 18 ans, se préparant à continuer leurs études à l'université, sont éligibles pour s'inscrire à ce cours.

Selon la description du cours, il permettra aux élèves de prendre connaissance des idées les plus inquiétantes et troublantes sans être prévenus de leur caractère dangereux. Il comprendra des cours magistraux, tels que «Les femmes contre le féminisme» et «Toutes les cultures ne sont pas égales», le premier cours étant consacré aux déclarations controversées d'un ancien employé de Google James Damor, qui a remis en question les aptitudes des femmes en sciences techniques.

Le directeur de l'école Matthew Baxter a déclaré que «Mein Kampf» d'Adolf Hitler ne serait pas étudié profondément. Mais certaines des idées présentées dans ce livre seront quand même discutées. Dans une discussion déclenchée en ligne, nombreux étaient ceux qui ont salué l'introduction de ce cours, en déclarant qu'«il n'y a pas de meilleure façon de comprendre qu'Adolf Hitler et James Damor avaient tort qu'en analysant leurs travaux».

Le titre de ce cours fait écho à la notion «safe space» (espace sûr) qui désigne un lieu où les gens peuvent être sûrs de ne pas être exposés à la discrimination, aux critiques, ou aux menaces.

En Russie, «Mein Kampf» a été inclus sur la liste des matériaux extrémistes dont la diffusion est interdite. En 2016 ce livre avait été réédité en Allemagne, assorti de nombreuses notes historiques explicatives, et en 2017 la maison d'édition Fayard avait annoncé son intention de faire de même.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала