Le statut de Jérusalem est la «ligne rouge» pour les musulmans, selon Erdogan

© Sputnik . Alexey Druzhinin / Aller dans la banque de photosRecep Tayyip Erdogan
Recep Tayyip Erdogan - Sputnik France
Le statut de Jérusalem est la «ligne rouge» pour le monde musulman, a déclaré le Président turc en commentant l’inauguration à Jérusalem de l'ambassade américaine en Israël. Selon lui, Washington a puni les Palestiniens tandis qu’Israël qui «viole le droit international s’est retrouvé récompensé».

À l'issue d'un sommet convoqué en urgence de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) qui s'est déroulé à Istanbul, le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan a commenté l'inauguration à Jérusalem de l'ambassade américaine en Israël.

«Aujourd'hui, nous avons eu une réunion très importante du point de vue du soutien des Palestiniens et du signal lancé à Israël. Dans notre décision, nous soulignons que Jérusalem est notre "ligne rouge". Nous ne reconnaissons pas la décision des États-Unis d'y transférer l'ambassade. La politique américaine provoque encore plus Israël. Le gouvernement des États-Unis a puni les Palestiniens tandis qu'Israël qui viole le droit international s'est retrouvé récompensé», a déclaré M. Erdogan lors de sa conférence de presse.

A woman holds a Palestinian flag as a demonstrator runs during a protest against U.S. embassy move to Jerusalem and ahead of the 70th anniversary of Nakba, at the Israel-Gaza border in the southern Gaza Strip May 14, 2018. - Sputnik France
L'Onu accuse Israël de garder en cage les Gazaouis «de leur naissance à leur mort»
Dans le même temps, le Président turc a rappelé que l'ancien dirigeant américain George W. Bush était républicain, tout comme Donald Trump, mais qu'il accordait son soutien aussi bien à Israël qu'à la Palestine.

«Regardez la différence qu'on observe maintenant», a-t-il souligné.

De plus, Recep Tayyip Erdogan a insisté sur la nécessité de mener une enquête sur les affrontements dans la bande de Gaza où 61 manifestants palestiniens ont été tués et au moins 2.700 autres blessés.

«Nous avons appelé à mener une enquête sur les crimes d'Israël dans la bande de Gaza. La création d'un comité international d'enquête est une nécessité. Israël doit répondre pour tous ses crimes. Nous appelons tous les pays à reconnaitre officiellement Jérusalem-Est en tant que capitale de la Palestine», a-t-il ajouté.

Palestinian demonstrators gather during a protest against U.S. embassy move to Jerusalem and ahead of the 70th anniversary of Nakba, at the Israel-Gaza border, east of Gaza City May 14, 2018. - Sputnik France
Israël peine à expliquer pourquoi il a utilisé des snipers pour la répression à Gaza
Des dizaines de milliers de Palestiniens de la bande de Gaza ont manifesté le 14 mai à la frontière avec l'État hébreu contre l'inauguration à Jérusalem de l'ambassade américaine en Israël. De violents heurts ont éclaté dans la matinée et se sont poursuivis dans l'après-midi le long de la frontière avec Israël.

Selon le dernier bilan disponible, 61 Palestiniens ont été tués et plus de 2.700 autres blessés par des soldats israéliens.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала