Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Trump change-t-il la façon dont les États-Unis font la guerre?

S'abonner
Donald Trump favorise-t-il les opérations paramilitaires et de renseignement pour tenir sa promesse de désengager les troupes conventionnelles américaines de l’étranger? Certains le pensent. Quelle est l’efficacité de telles méthodes? Le général Dominique Trinquand, ancien chef de mission militaire auprès de l’Onu, se penche sur le dossier.

George Bush junior était connu pour ses invasions frontales, en particulier au Moyen-Orient. Barack Obama a favorisé l’utilisation de drones et des Forces spéciales. Donald Trump a-t-il changé la manière américaine de faire la guerre?

Trump parle souvent de la façon dont il veut réduire l’engagement des troupes américaines à l’étranger, notamment en Syrie et en Afghanistan. Alors que fin décembre, Trump déclarait que les troupes américaines quittaient la Syrie, causant la démission du général James Mattis, son secrétaire à la Défense, le Pentagone soutient aujourd’hui que ce retrait a renforcé Daech*.

Pour pouvoir se retirer d’Afghanistan, Washington parlemente avec les talibans. Le principal négociateur américain a déclaré qu’un accord permettrait le retrait de 5.400 soldats américains d’Afghanistan en 20 semaines. Pourtant, de nouveaux reportages, notamment dans le New York Times, suggèrent que Trump cherche peut-être à passer d’une stratégie militaire conventionnelle à une stratégie de renseignement, avec la CIA supervisant des combats menés en conjonction avec des milices locales, via sa division des activités spéciales.

Le basculement de troupes conventionnelles vers des paramilitaires de la CIA peut-il être qualifié de retrait? Quelles sont les chances de succès d’une telle stratégie? Est-ce que Trump réduit réellement l’empreinte militaire des États-Unis à l’étranger, ou s’agit-il d’un écran de fumée? Le général Dominique Trinquand apporte des éléments de réponse à toutes ces questions au micro de Rachel Marsden. Il est ancien chef de mission militaire auprès de l’Onu, spécialiste de la gestion de crise et des opérations de maintien de la paix.

*Daech est une organisation terroriste interdite en Russie.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала