Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Des difficultés en vue pour les personnels d'Aigle Azur et XL Airways

© REUTERS / Benoit TessierUn avión de la aerolínea Aigle Azur
Un avión de la aerolínea Aigle Azur  - Sputnik France
S'abonner
La disparition de deux compagnies aériennes françaises, Aigle Azur et XL Airways, va mettre environ 2.000 personnes sur le marché de l'emploi, à un moment où les syndicats dénoncent un dumping social dans le transport aérien et le désengagement de l'État.

«Le pavillon français n'est pas au plus beau», résume auprès de l'AFP Jean Hédou, secrétaire général de la fédération FO pour le transport aérien. Il prévoit des difficultés de reclassement pour les personnels d'Aigle Azur et de XL Airways, estimant que «des compagnies aériennes vont en profiter pour pratiquer le dumping social en baissant le coût du travail».

Tourisme en Afrique - Sputnik France
La faillite de Thomas Cook et d’Aigle Azur, une nouvelle chance pour le tourisme africain?
De son côté, la Fédération nationale de l'aviation marchande (Fnam) qui représente l'ensemble de la branche, se veut rassurante, assurant que «tout le monde est prêt à faire un geste». «Les compagnies sont disposées à recruter et des cellules de reclassement devraient être montées d'ici la fin de la semaine prochaine», indique-t-on.

«Les syndicats vont aussi essayer de faire du placement», indique M. Hédou.

La situation ne s'annonce pas égale pour toutes les catégories de personnel. Ainsi, pour Philippe Nègre, vice-président de la section du Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) de XL Airways, la situation des 85 pilotes de son ex-compagnie, tout comme celle des anciens d'Aigle Azur, est compliquée.

«Il y a un peu d'espoir pour les copilotes car il y a des besoins», dit-il. «En revanche, il y a un problème avec les commandants de bord parce que les compagnies françaises qui ont besoin de commandants donnent la priorité à leurs propres copilotes. Il n'y a qu'Air France qui pourrait en prendre».

De leur côté, les sections Unac (navigants) des compagnies concernées ont demandé à Air France de s'intéresser au sort des hôtesses et des stewards d'XL Airways et d'Aigle Azur.

M. Nègre espère lui aussi des mesures d'accompagnement. Avec les autres syndicats, il a demandé un rendez-vous au secrétaire d'État aux transports, Jean-Baptiste Djebbari.

Aigle Azur représente 1.100 emplois et XL Airways 600, auxquels il faut ajouter plusieurs centaines d'emplois dans l'assistance en escale.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала