Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Pour éviter les agressions, les médecins encouragés à enlever les signes distinctifs de leur véhicule

© AFP 2021 LOIC VENANCE Une ambulance dans les rues de Paris
Une ambulance dans les rues de  Paris - Sputnik France
S'abonner
Avec la multiplication des vols et des agressions contre les soignants, la gendarmerie de Gironde a conseillé aux médecins de dissimuler les éléments permettant d’identifier leurs véhicules. Les escroqueries visant les établissements sanitaires sont aussi en recrudescence.

Alors que les professionnels de la santé sont confrontés à des actes de malveillance partout sur le territoire, la gendarmerie de Gironde leur conseille de ne plus arborer de signes distinctifs sur leurs véhicules, rapporte BFM TV ce dimanche 5 avril. La gendarmerie de Gironde a en effet envoyé un message à l'Ordre des médecins, appelant ceux-ci à la vigilance, en particulier quant à leur moyen de locomotion.

«Pour vous prémunir des vols dans les véhicules, nous vous suggérons de dissimuler ou d'ôter tous éléments permettant d'identifier votre véhicule comme appartenant à un professionnel de santé (caducée, objets ou tenues médicales) lorsque vous stationnez sur la voie publique», détaille la gendarmerie de Gironde.

Les forces de l’ordre mettent notamment en garde contre les vols, signalant que le matériel médical ou de protection fait l’objet d’un «certain intérêt».

Les structures sanitaires escroquées

La direction inter-régionale de la police judiciaire de Bordeaux indique également faire face à une «forte recrudescence des fraudes aux faux ordres de virements visant les pharmacies, mais aussi les EHPAD ou les hôpitaux», rapporte encore BFM TV.

Gare du Nord - Sputnik France
Cet hôpital parisien a dû recruter des gardes du corps pour protéger les soignants des agressions dans la rue - vidéo
  Cette escroquerie consiste à se faire passer pour un fournisseur auprès des établissements sanitaires et de leur proposer des commandes de matériel médical, afin de leur soutirer de l’argent.

À Rouen, un grossiste travaillant pour les pharmacies a ainsi passé une commande de masques et de gels à hauteur de 6,6 millions d’euros, à une société qui s’est avérée être fantôme, relate l’AFP.

«On comprend le contexte de l'urgence, du manque de masques et de gel. Ils mettent la pression en disant que leur stock part vite. […] Il ne faut pas céder à la précipitation même s'ils mettent la pression», explique à l’AFP Anne-Sophie Coulbois, patronne de l'Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF).
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала