Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Une pénurie de ce produit pourrait frapper le monde

S'abonner
La pandémie de coronavirus pourrait provoquer une pénurie de café à cause d’un possible manque de main d’œuvre, lié à l’abandon des plantations en Amérique du Sud par les ouvriers qui craignent d’être infectés, indique Bloomberg.

Après qu’un risque de baisse de la production de chocolat a été révélé, une pénurie de café pourrait également frapper les marchés mondiaux. Les plantations d’Amérique du Sud risquent d’être abandonnées par les ouvriers en raison de l’épidémie de coronavirus, rapporte Bloomberg.

Plusieurs facteurs, dont la fermeture de banques, la réduction des heures de travail, les restrictions de déplacements et les craintes de contamination dans les exploitations agricoles, ont soulevé d’importantes inquiétudes concernant le manque d’ouvriers pour collecter les grains de café pendant la période de récolte qui commencera en mai.

Producteurs concernés

Le risque est particulièrement majeur en Colombie, au Brésil et au Pérou, des pays qui représentent environ deux tiers de la production mondiale de grains d’arabica, précise l’agence.

Une tisane - Sputnik France
Les aliments bons pour le moral alors que la pandémie frappe de plein fouet
Ce travail de cueillette difficile et peu rémunéré expose les ouvriers qui dorment souvent dans des habitations surpeuplées au risque d’infection, poursuit Bloomberg. La récolte est menacée si la quarantaine persiste, car des familles entières d’ouvriers quittent des fermes à pied à cause des restrictions concernant les déplacements en transports publics, a souligné Jimmy Larico, directeur général de la coopérative péruvienne Cecovasa, cité par l’agence.

Comme la récolte en Colombie, deuxième pays producteur d’arabica, se fait encore à la main, elle risque de se retrouver en manque de travailleurs plus encore que le Brésil, premier producteur, dont une grande partie de l’activité de récolte est devenue mécanisée.

Une hausse des prix

Les prix de l’arabica ont déjà bondi, par exemple de 16% à New York, après que les rayons ont été épuisés pendant la vague de panique qui s’est abattue sur les magasins, provoquée par l’épidémie. Actuellement, le petit excédent de café assuré par les stocks restants des récoltes précédentes pourrait également disparaître en raison de la diminution de la production de café et la menace de pénurie de main-d'œuvre, a fait savoir Bloomberg.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала