«Mort par météorite»: des chercheurs disent détenir une preuve

© Photo Pixabay / Nata74Un fragment de la météorite de Tcheliabinsk
Un fragment de la météorite de Tcheliabinsk - Sputnik France
Selon des documents retrouvés à la Direction générale des archives d’État de Turquie, une météorite a frappé et tué un homme en Irak en 1888.

Des scientifiques de Turquie et des États-Unis ont découvert de premiers témoignages écrits d’une frappe de météorite ayant tué un homme, selon la revue Meteoritics & Planetary Science.

Les premières histoires qui évoquent des victimes de météorites remontent aux temps bibliques, mais les chercheurs n’étaient jamais arrivés à confirmer ces informations. Un témoignage a été trouvé dans des documents officiels de la Direction générale des archives d'État de la présidence de Turquie.

pluie d'étoiles filantes - Sputnik France
Une matière âgée de 7 milliards d’années découverte sur Terre, confirmant un «baby boom» d’étoiles
Les experts ont découvert trois manuscrits en turc ottoman indiquant qu'une grosse boule de feu a été vue dans le ciel le 22 août 1888, suivie d’une pluie de fragments de météorites qui ont tué un homme et en ont paralysé un autre dans la ville actuelle de Souleymanieh, en Irak. Les rapports citent des météorites tombées du ciel pendant une dizaine de minutes sur un village et contiennent des détails sur des dégâts importants infligés aux cultures agricoles, ce qui pourrait signifier qu’il y a eu une onde de choc.

Les corps célestes

Notre planète est régulièrement touchée par des astéroïdes de plus d’un mètre de diamètre, affirme la revue Science et Vie qui cite une carte de l'armée américaine qui révèle au moins 556 évènements du genre entre 1994 et 2013 et notamment la météorite de Tcheliabinsk en février 2013. Mais celle-ci n’a tué personne. Les blessures signalées étaient dues aux effets de l’onde de choc et non à la chute de la météorite.

«D'après mes calculs, le risque d'être touché directement correspond à une personne dans le monde par décennie, soit une probabilité annuelle pour un individu de l'ordre de 1 sur 100 milliards», a déclaré Mark Boslough, physicien des impacts planétaires aux laboratoires Sandia aux États-Unis.

Composés de roche, de métal et de glace, les corps célestes circulent à une vitesse pouvant aller à plus de 70.000 km/h, ajoute la revue.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала