Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un superordinateur a «calculé» des remèdes contre le coronavirus

© Sputnik . Alexey Kudenko / Aller dans la banque de photosUn laboratoire (image d'illustration)
Un laboratoire (image d'illustration) - Sputnik France
S'abonner
À l’aide d’un superordinateur qui a réalisé 30 milliards de calculs uniques, des scientifiques allemands ont identifié plusieurs substances qui pourraient être efficaces contre les molécules du virus SARS-CoV-2, selon le site de l'université de Mayence. Toutefois, des expériences en laboratoire sont nécessaires, soulignent-ils.

Des scientifiques allemands ont rendu publics les noms de médicaments qui pourraient être efficaces contre le nouveau type de coronavirus, qu’ils ont découvert grâce au supercalculateur MOGON II, fait savoir l’article portant sur leur étude publié sur le site de l'université de Mayence.

Un laboratoire de recherche (image d'illustration) - Sputnik France
Prêt à faire des «conclusions très significatives» sur le Covid-19, un professeur tué par balles

Les chercheurs de l'université allemande ont analysé l'efficacité des médicaments antiviraux dans la lutte contre le Covid-19 à l'aide du superordinateur MOGON II. L'appareil a réalisé 30 milliards de calculs uniques avec 42.000 substances médicales différentes décrites dans les bases de données publiques.

«Cette méthode de simulation informatique est connue dans le domaine de la modélisation moléculaire comme l’amarrage, et elle est utilisée dans la science depuis de nombreuses années», indique le rapport médical.

Des remèdes trouvés par le superordinateur

Sur la base d'une étude qui a duré environ deux mois, le MOGON II a trouvé des remèdes contre l'hépatite C qui ont la capacité de relier et de neutraliser les molécules du virus SARS-CoV-2, notamment le siméprévir, le paritaprévir, le grazoprevir et le velpatasvir.

En vérifiant les calculs de l'ordinateur, les scientifiques ont remarqué que le SARS-CoV-2 et l'agent provoquant l’hépatite C pouvaient être attribués à des virus à ARN simple brin.

Toutefois, ils ont tenu à souligner en guise de conclusion que les résultats de leurs recherches devaient être confirmés par des expériences en laboratoire et des essais cliniques.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала