Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La pandémie va-t-elle entraîner une famine plus meurtrière que le virus?

© AFP 2021 Ashraf Shazly Беженка из Южного Судана в лагере для беженцев в Судане
Беженка из Южного Судана в лагере для беженцев в Судане - Sputnik France
S'abonner
Les conséquences économiques de la crise sanitaire pourraient entraîner des famines meurtrières aux quatre coins du globe, selon l’étude d’une ONG. 10 régions suscitent particulièrement l’inquiétude de spécialistes. L’Inde et le Brésil sont en première ligne.

Jusqu'à 12.000 personnes par jour pourraient mourir d’ici la fin de l’année de famines consécutives à la pandémie de Covid-19, révèle une étude de l’ONG Oxfam. Le taux de mortalité lié aux pénuries de nourriture pourrait même dépasser celui du virus, soit 10.000 morts par jour fin avril, rapporte l’organisation dans un communiqué.

«121 millions de personnes supplémentaires pourraient se trouver au bord de la famine cette année en raison des retombées sociales et économiques de la pandémie, y compris le chômage massif, les problèmes dans la chaîne de production et d'acheminement des denrées alimentaires et le déclin des aides humanitaires», précise la note.                                

L’Inde et le Brésil en première ligne

L’ONG ciblé 10 régions où la crise alimentaire s’aggrave suite à la pandémie et qui pourraient devenir les épicentres de prochaines famines.

L'éruption du volcan, image d'illustration  - Sputnik France
L’effet papillon? Comment une éruption au Japon a provoqué une famine en Europe au XIIe siècle

Ainsi, la situation est particulièrement préoccupante en Inde où les restrictions de déplacements ont affecté la main-d’œuvre souvent migrante au plus fort de la saison des récoltes. Les pays du Sahel sont touchés pour des raisons similaires, les restrictions de circulation ayant empêché les éleveurs de conduire leur bétail vers des pâturages plus verts.

Oxfam alerte également sur le cas du Brésil au regard de la faible épargne des travailleurs pauvres et des aides promises par le gouvernement fédéral qui n’ont pas été versées. La flambée des prix au Yémen, qui importe 90% de ses denrées alimentaires, inquiète aussi la confédération d’entreprises caritatives indépendantes.

Les autres États susceptibles de connaître des famines importantes sont la République démocratique du Congo (RDC), l'Afghanistan, le Venezuela, l'Éthiopie, la Syrie et Haïti.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала