L’épidémie s’aggrave en Tunisie qui risque «un scénario italien», alerte un professeur en pneumologie

© Sputnik . Alexeï Maïchev / Aller dans la banque de photosDépistage de Covid-19 (archive photo)
Dépistage de Covid-19 (archive photo) - Sputnik France
«À ce rythme, le scénario italien risque de se produire en Tunisie» dans deux semaines, a déclaré au journal Elhiwar Ettounsi la chef du service de pneumologie de l’hôpital Abderrahmane Mami de l’Ariana, appelant les autorités à agir sans tarder.

Dans une déclaration au quotidien arabophone Elhiwar Ettounsi, le Pr Nawel Chaouch, chef du service de pneumologie de l’hôpital Abderrahmane Mami de l’Ariana, au nord de la capitale Tunis, tire la sonnette d’alarme quant à l’aggravation depuis plusieurs semaines de la situation épidémiologique dans le pays en lien avec le Covid-19. Elle met en garde contre un scénario «catastrophique» si rien n’est fait pour reprendre le contrôle de la situation.

Tunis - Sputnik France
Amnesty s’insurge contre la déclaration «choquante» du Président tunisien sur la peine de mort
«La situation est très critique», prévient-elle, soulignant qu’elle allait «s’aggraver au cours de la période à venir avec encore plus de contaminations».

Dans ce contexte, le Pr Chaouch avise les autorités qu’«après deux semaines, nous serons contraints de choisir qui vivra et qui mourra en raison du manque de ressources et du manque de respect des mesures préventives […] À ce rythme, le scénario italien risque de se reproduire en Tunisie».

Quid des capacités des hôpitaux?

Elle estime que vu l’état actuel des capacités des hôpitaux tunisiens qui ne disposent que de 100 lits de réanimation vacants, le taux de patients nécessitant une prise en charge intensive, à savoir 5%, met à rude épreuve le corps médical.

peine de mort - Sputnik France
Le Président tunisien vivement critiqué après s’être déclaré favorable à la peine de mort
«Si nous atteignons les 2.000 cas nécessitant une prise en charge en réanimation, la situation sera catastrophique», alerte-t-elle.

Compte tenu de la complication de la situation, les 400 lits de réanimation supplémentaires mis à disposition des hôpitaux par le ministère de la Santé demeurent insuffisants, en plus du manque flagrant de cadres et d’agents médicaux et paramédicaux.

Depuis le début de l’épidémie, la Tunisie a enregistré 18.413 cas confirmés dont 265 décès, selon un dernier bilan du ministère de la Santé.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала