Une députée regrette la «mauvaise idée» du professeur assassiné ayant montré les caricatures de Charlie Hebdo – vidéo

Le collège Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), où enseignait le professeur d'histoire décapité dans l'après-midi, le 16 octobre 2020
Le collège Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), où enseignait le professeur d'histoire décapité dans l'après-midi, le 16 octobre 2020 - Sputnik Afrique
La députée du Mouvement démocrate (Modem) des Yvelines Michèle de Vaucouleurs se trouve sous le feu des critiques après une intervention télévisée dans laquelle elle a tenu des propos jugés douteux sur le professeur décapité, lequel avait montré à ses élèves les caricatures de Charlie Hebdo. Elle estime que ses paroles ont été tronquées.

Dans la soirée du vendredi 16 octobre, la députée Modem de la VIIe circonscription des Yvelines, Michèle de Vaucouleurs, est intervenue sur M6 pour s’exprimer sur la décapitation du professeur qui avait tenu un cours sur la liberté d’expression en montrant des caricatures de Mahomet. La réaction de l’élue n’a pas fait l’unanimité.

«Je sais qu’il a eu une mauvaise idée en demandant à des élèves musulmans de sortir de la classe, ils devaient être choqués parce qu’il allait évoquer le prophète Mahomet et peut-être montrer une image», a-t-elle déclaré, «il a reconnu que c’était une maladresse».

Le fait que la députée ait mis l’accent sur «la mauvaise idée» du professeur plutôt que de condamner l’acte du terroriste n’est pas du tout passé sur les réseaux sociaux. «Je suis enseignant, votre commentaire à la télévision était ignoble», a réagi un internaute. D’autres évoquent des propos «honteux», «à vomir» et réclament des excuses publiques, voire sa démission.

Propos tronqués?

Dans la foulée de l’interview, l’intéressée a exprimé sur Twitter ses condoléances à la famille du professeur «face à l’horreur de l’acte qui s’est passé», mais les indignations ont continué à pleuvoir sur le réseau social. En réponse à l’un des commentaires, Mme de Vaucouleurs a affirmé que ses «propos ont été tronqués».

La police sur les lieux de l'attaque à Conflans-Sainte-Honorine, le 16 octobre 2020 - Sputnik Afrique
Professeur décapité: Macron dénonce un «attentat terroriste islamiste caractérisé»

«La maladresse évoquée par le professeur auprès de sa hiérarchie ne concernait pas son cours tout à fait légitime mais sa suggestion faite de sortir pour ceux qui le souhaitaient. Je défends la laïcité et la liberté d'expression», a-t-elle affirmé.

Son avis diffère pourtant de celui du chef de l’État qui, le même soir, a déclaré que «la République était attaquée» avec l’assassinat de cet homme «parce qu’il enseignait, qu’il apprenait à des élèves la liberté d’expression».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала