Une tribune signée par 49 personnalités appelle à «une laïcité pleine et entière»

© REUTERS / Mohsin RazaUn musulman lisant le Coran (photo d'archives)
Un musulman lisant le Coran (photo d'archives) - Sputnik France
Le JDD publie une tribune signée par 49 personnalités et appelant le gouvernement à s’investir sur la défense de la laïcité. Les signataires réclament de nouvelles instances et de nouveaux outils, pour redynamiser un combat dévoyé par certains.

Un appel de 49 personnalités pour défendre la laïcité est parue dans le JDD. Les signataires, au rang desquels figurent les philosophes Élisabeth Badinter et Marcel Gauchet ou encore  l’essayiste Caroline Fourest, voient comme un «électrochoc» l’assassinat de Samuel Paty, lequel doit donner aux Français «la force de ne plus accepter l'inacceptable».

Dénonçant ceux qui veulent «saper les fondements démocratiques de la République», les signataires appellent le gouvernement à «rétablir une laïcité pleine et entière». Pour ce faire, ils réclament la création de nouvelles instances et organisme publics en charge de la question.

«C'est tout l'édifice laïque qui est aujourd'hui à restaurer sur la base de la loi de 1905 […] Nous attendons du président de la République, du gouvernement et des représentants du peuple qu'ils créent ces moyens inédits et orchestrent leur action pour porter haut l'idéal laïque», clame ainsi la tribune publiée dans le JDD.

Des outils dépassés?

Les auteurs soulignent que certains outils liés à la laïcité sont dépassés et «ne correspondent plus aux ambitions nouvelles». Pire, certains organismes se sont d’après eux «écartés de la défense la laïcité allant jusqu'à prendre constamment le parti de ses adversaires».

Les signataires dénoncent ainsi les prises de position «des plus ambiguës» de plusieurs acteurs publics qui aujourd’hui ne comprennent pas le «sursaut» consécutif à la mort de Samuel Paty.

«Les mêmes qui depuis trois décennies tentent de convaincre les Français qu'ils sont coupables de tout […] que s'ils meurent sous les balles et les lames des couteaux c'est bien leur faute et non celle des assassins, restent à l'écart de ce mouvement populaire et démocratique profond. Ceux-là ne comprennent pas ce qui est en train de se passer», écrivent-ils dans le JDD.

Des propos qui font écho à ceux de Jean-Michel Blanquer, qui avait parlé sur Europe 1 d’une «complicité intellectuelle du terrorisme» jeudi 22 octobre. Le ministre de l’Éducation avait notamment ciblé La France insoumise et le syndicat étudiant UNEF, les accusant de verser dans «l’islamo-gauchisme».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала