«C'est de la corruption à échelle industrielle»: un sénateur US attaque le fils de Biden

© AP Photo / Visar Kryeziu Vice President Joe Biden et son fils Hunter Biden
 Vice President Joe Biden et son fils Hunter Biden - Sputnik France
Le président du comité judiciaire du Sénat Lindsey Graham a accusé Hunter Biden, le fils du candidat démocrate à la présidence américaine, de «corruption à échelle industrielle». Le sénateur voudrait savoir pourquoi le FBI n'a pas réagi pendant un an aux informations qu'il disposait, relate Fox News.

Lindsey Graham, président du comité judiciaire du Sénat américain, a évoqué sur Fox News les dimensions prises par la corruption menée présumément par Hunter Biden, fils du candidat démocrate à la prochaine présidentielle.

«Ce que vous voyez de la part du partenaire commercial de Hunter Biden, c'est de la corruption à échelle industrielle, du trafic d'influence», a-t-il déclaré.

Le sénateur a rappelé les déclarations de l'ancien partenaire commercial de Hunter Biden, Tony Bobulinski, selon lequel le père de Hunter, Joe Biden, était impliqué dans leurs affaires. Il a précisé qu'il avait rencontré Joe Biden dans le passé et que Hunter répétait souvent qu'il avait discuté d'affaires avec son père.

Audience sur l'inaction du FBI

Bâtiment du New York Times - Sputnik France
Présidentielle américaine: d’un côté comme de l’autre, «une presse complètement militante» sur l’affaire Hunter Biden
Lindsey Graham a ajouté qu'il prévoyait de tenir une audience au cours de laquelle il demanderait au FBI pourquoi rien n'avait été entrepris alors que ses agents disposaient depuis près d'un an d’un ordinateur portable incriminant qui aurait appartenu à Hunter Biden.

Le journal New York Post avait précédemment publié des révélations sur Hunter Biden: des courriels et autres preuves à l'appui confirmant les déclarations de Donald Trump sur la corruption de son rival démocrate. Ce dernier a cependant démenti son implication dans les affaires de son fils.

Les démocrates rejettent les accusations contre Joe Biden, les qualifiant de «désinformation» à laquelle Moscou aurait pris part.

Le directeur du renseignement national des États-Unis John Ratcliffe et le FBI ont déclaré que la publication des courriels de Hunter Biden n'était pas liée à la Russie.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала