Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un congressiste américain qualifie le chasseur F-35 de «trou à rat»

© AP Photo / Northrop GrummanLockheed Martin F-35 Lightning II
Lockheed Martin F-35 Lightning II  - Sputnik France, 1920, 10.03.2021
S'abonner
Le président de la commission des forces armées de la Chambre des représentants des États-Unis a qualifié ce vendredi 5 mars le chasseur de cinquième génération F-35 Lightning II de «trou à rat».

Lors d’une visioconférence avec le centre d’analyse Brookings Institution tenue vendredi 5 mars, le président démocrate de la commission des forces armées de la Chambre des représentants Adam Smith a déclaré que le chasseur F-35 Lightning II était un «trou à rat», rapporte le quotidien The Washington Post.

Le congressiste voit le fameux avion comme un outil de défense trop coûteux aux capacités décevantes et a appelé à réduire ses frais de maintien.

«Je veux arrêter de gaspiller de l’argent dans ce trou à rat», a-t-il déclaré.

La solution est, selon lui, «d'investir dans d'autres avions de combat afin que le département de la Défense dispose d'une gamme d'options à portée de main».

Trouver une alternative pour les 35 années à venir

Il estime qu’il faudrait «trouver quelque chose qui ne nous oblige pas à compter sur le F-35 pendant les 35 prochaines années».

Le quotidien détaille que le F-35 est destiné à servir d'avion d'attaque pouvant transporter des armes avancées, utiliser des dispositifs de brouillage électronique sophistiqués et échapper à la détection de l'ennemi grâce sa conception furtive. Il dispose également de capacités de surveillance et de communication qui le relient aux autres ressources de l’armée américaine.

Le programme devrait coûter plus de 1.000 milliards de dollars au cours de ses 60 ans de vie, ce qui en fait le programme d'armes le plus coûteux de l'histoire des États-Unis, indique le Washington Post.

871 déficiences recensées, dont 10 graves

Bloomberg avait annoncé à la mi-janvier que le bureau de test du Pentagone avait recensé sur l’avion 871 déficiences matérielles et logicielles qui pourraient compromettre son aptitude au combat.

10 défauts concernant le logiciel et l’appareillage sont des problèmes potentiellement graves de première catégorie qui menacent la sécurité et peuvent diminuer l’efficacité des opérations de combat.

Malgré de nombreux défauts, Lockheed a déjà livré ou est sous contrat pour 970 avions sur un total de 3.200 appareils à construire pour les États-Unis et d’autres pays.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала