Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Une étudiante censurée par Twitter pour son soutien à Mila et Charlie Hebdo, selon Le Point

© Sputnik . Ramil Sitdikov / Aller dans la banque de photosTwitter
Twitter - Sputnik France, 1920, 26.03.2021
S'abonner
Après une vague de harcèlements à son encontre, une étudiante a été suspendue par Twitter, selon Le Point. Elle avait pris la défense de Mila et posé sur une photo avec un exemplaire de Charlie Hebdo.

L’affaire Mila n’en finit plus de faire des ricochets sur les réseaux sociaux. Floriane Gouget, étudiante de vingt ans qui avait soutenu l’adolescente victime de harcèlement, a en effet vu son compte suspendu sur Twitter, rapporte Le Point.

La plateforme lui reproche d’avoir posté une photo de profil qui la montre tenant un exemplaire de Charlie Hebdo sur lequel figurent notamment des caricatures de Mahomet. Une photo qui véhiculerait une «imagerie haineuse» et contreviendrait aux règles du réseau social.

Après quelques heures, la plateforme a finalement rétabli le compte de la jeune femme, alors que l’association Dernier espoir, dont elle est vice-présidente, menaçait de porter plainte, d’après Le Figaro.

Soutien de Mila

Auparavant, Floriane Gouget avait elle-même été victime de messages haineux sur les réseaux sociaux, elle qui est un soutient de longue date de Mila avec qui elle a fini par se lier d’amitié. Une vidéo publiée en novembre dans laquelle elle prend la défense de son amie lui a valu une vague de harcèlements en ligne. Un internaute se serait même renseigné sur son adresse.

«Au début, j'ai essayé de répondre, car je suis quelqu'un qui aime le dialogue, mais je me suis vite rendu compte que ça ne servait à rien et qu'il y a des gens qui n'entendent rien», confie Floriane Gouget au Point.

Rebelote en mars, avec un nouveau raid numérique suite à une vidéo postée sur Twitter dans laquelle elle dénonce «les haineux, qui croient que les lois de la République sont en dessous de celle de leur Dieu».

Des harcèlements à répétition qui ont poussé la jeune femme à porter plainte une trentaine de fois. L’étudiante a finalement été contactée par le cabinet de Marlène Schiappa pour l’aiguiller dans ses démarches.

La modération de Twitter en question

Mila avait elle aussi été suspendue temporairement par Twitter le 15 mars pour «harcèlement», alors qu’elle avait posté sur la plateforme un dessin de pain au chocolat qui lui avait valu une nouvelle salve d’insultes et de menaces. Des personnalités politiques comme Marlène Schiappa, Éric Ciotti ou Marine Le Pen s’étaient alors mobilisées en faveur de l’adolescente, pointant l’action du réseau social. La chef de file du RN avait alors accusé Twitter d’avoir basculé dans «le camp des ennemis de la démocratie»

À cette occasion, le collectif Dernier espoir avait également publié une tribune dans Marianne pour prendre la défense de Mila. Les signataires s’interrogeaient notamment sur le rôle prioritaire des algorithmes dans la modération de Twitter.

La plateforme à l’oiseau bleu a en effet automatisé une partie de sa modération en 2017. À l’époque des voix s’étaient déjà élevées contre les risques accrus de «faux positifs», revenant à sanctionner des contenus qui ne devraient pas l’être.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала