Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un hôpital de Nice s'alarme de la forte hausse du nombre de bébés atteints de Covid-19

Bébé - Sputnik France, 1920, 12.08.2021
S'abonner
Une tendance aussi inédite qu'inquiétante se profile avec la quatrième vague de Covid en France: 10 nouveau-nés contaminés par le coronavirus se trouvent actuellement dans un hôpital de Nice. Des enfants dont les parents sont dans la plupart des cas positifs à la maladie et non vaccinés.
Un médecin de Nice tire la sonnette d’alarme: le Covid-19 semble s’attaquer aujourd’hui aux tout petits. Ainsi, 10 nouveau-nés ont été admis à l'hôpital Lenval de Nice. Dans ce contexte, Philippe Babe, chef de service adjoint des urgences pédiatriques de cet établissement, a tenu à sensibiliser les parents à la vaccination. En effet, ces derniers sont eux-mêmes positifs et pour la plupart non vaccinés, a-t-il constaté dans une interview à Nice-Matin.
«Cela confirme le fait qu’aujourd’hui, c’est une population beaucoup plus jeune, entre 30 et 40 ans, qui est atteinte par le Covid», a-t-il précisé.
Il a expliqué que la hausse des cas de Covid était plus forte chez les bébés de moins de douze semaines et que parmi les symptômes, le principal était la fièvre. Et même si «en général l’évolution est bonne», ce sont «des contraintes importantes pour un nouveau-né» que l’hôpital est obligé de garder en observation.

Vaccination des soignants

Philippe Babe a également attiré l’attention sur l’importance de la vaccination, avant tout chez les professionnels de santé. En effet, ces derniers, s’ils sont contaminés, ne peuvent venir assurer leur service, ce qui augmente la charge de travail de leurs collègues.
«Tous nos soignants qui sont positifs sont des soignants qui ne sont pas vaccinés […] Si ça continue à monter et que par ailleurs il nous manque du personnel, on va être en difficulté», a poursuivi Philippe Babe, précisant qu’il était encore compliqué d’apprécier la situation épidémique.
La vaccination est le seul moyen de remédier à la situation, a-t-il souligné.
«Il faut que tous prennent bien conscience que cette nouvelle vague atteint surtout les jeunes. Il faut se faire vacciner.»
Philippe Babe a rappelé également qu’il était nécessaire de prendre des précautions, tant au sein du foyer que lors des courses.
«Il faut éviter d'emmener son petit bébé de 15 jours de vie à l'hypermarché ou de prendre les transports en commun avec lui», a-t-il tranché.

Le Covid et les enfants

Pourtant, une étude, parue en décembre 2020 dans JAMA Network Open, affirmait que par rapport aux adultes, les nourrissons se portaient plutôt bien lorsqu'ils étaient infectés par le Covid. Sur 1.165 bébés testés, seuls 25, soit 2%, avaient été déclarés positifs et seuls 8 d’entre eux avaient dû être hospitalisés. En outre, dans 89% des cas, l'infection était bénigne et aucun n'a eu besoin d'oxygène ni de ventilation mécanique.
En septembre 2020, le Haut conseil pour la santé publique (HCSP) réaffirmait que les enfants étaient à l’abri des développements dramatiques du Covid.
«Les enfants sont peu à risque de forme grave et peu actifs dans la transmission du SARS-CoV-2. Le risque de transmission existe surtout d’adulte à adulte et d’adulte à enfant et rarement d’enfant à enfant ou d’enfant à adulte.»
Cependant, en avril dernier, Fatima Marinho, épidémiologiste brésilienne et conseillère de l’ONG Vital Strategies, avait attiré l’attention sur la situation dans son pays. Se basant sur les chiffres dont elle disposait, elle a affirmé à la BBC que le Covid-19 avait tué au moins 1.300 bébés de moins d’un an au Brésil entre février 2020 et la mi-mars 2021. Et ce, alors que le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait appelé le 14 mai à renoncer à vacciner les enfants et les adolescents pour redistribuer les doses ainsi libérées aux pays défavorisés.

La campagne de vaccination

La défiance vis-à-vis des vaccins anti-Covid reste toujours forte parmi les Français. Des centaines de milliers de personnes se rassemblent depuis un mois chaque samedi pour protester contre le pass sanitaire et l’obligation vaccinale pour certaines professions, dont les soignants.
Toutefois, Emmanuel Macron a déclaré le 11 août qu’il faudrait vivre «encore plusieurs mois avec le virus» et que le choix devait être fait entre la vaccination obligatoire pour certains «ou de nouveaux couvre-feux, de nouveaux confinements, de nouvelles fermetures».
 
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала