Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Une Europe sans stratégie voit grossir la vague migratoire afghane

© AFP 2021 Armend NimaniDes migrants protestent derrière une clôture contre les restrictions limitant le passage à la frontière gréco-macédonienne, près de Gevgelija, le 1er décembre 2015. Depuis la semaine dernière, la Macédoine limite le passage vers le nord de l'Europe aux seuls Syriens, Irakiens et Afghans qui sont considérés comme des réfugiés de guerre. Toutes les autres nationalités sont considérées comme des migrants économiques et priées de faire demi-tour. Le 29 novembre, la Macédoine a terminé la construction d'une clôture à sa frontière avec la Grèce, devenant ainsi le dernier pays d'Europe à construire une barrière frontalière visant à contrôler le flux de migrants.
Des migrants protestent derrière une clôture contre les restrictions limitant le passage à la frontière gréco-macédonienne, près de Gevgelija, le 1er décembre 2015. Depuis la semaine dernière, la Macédoine limite le passage vers le nord de l'Europe aux seuls Syriens, Irakiens et Afghans qui sont considérés comme des réfugiés de guerre. Toutes les autres nationalités sont considérées comme des migrants économiques et priées de faire demi-tour. Le 29 novembre, la Macédoine a terminé la construction d'une clôture à sa frontière avec la Grèce, devenant ainsi le dernier pays d'Europe à construire une barrière frontalière visant à contrôler le flux de migrants. - Sputnik France, 1920, 20.08.2021
S'abonner
Face au désarroi des Afghans qui fuient les talibans*, l’Europe continue de faire l’autruche sur la question migratoire. Un pusillanimité politique que dénonce au micro de Sputnik Francis Vallat, humanitaire et ancien président de l’ONG SOS Méditerranée.
«Mes proches qui sont restés là-bas attendent l’argent que je leur envoie. J’ai peur de rentrer car les talibans* vont me tuer.»
Des gardes-frontières grecs patrouillent, à gauche, alors que des migrants attendent à la frontière entre la Turquie et la Grèce, à Pazarkule, Edirne, en Turquie, le vendredi 28 février 2020. Les émissaires de l'OTAN tenaient des discussions d'urgence vendredi à la demande de la Turquie après le meurtre de 33 soldats turcs dans le nord-est de la Syrie, alors que des dizaines de migrants se sont rassemblés à la frontière turque avec la Grèce pour tenter d'entrer en Europe. (IHA via AP) - Sputnik France, 1920, 11.08.2021
Crise migratoire en perspective: la France portera-t-elle seule le fardeau des milliers de migrants afghans?
«Derrière la caméra, les talibans* commettent des atrocités. Ils tuent des gens», rétorque-t-il.   
Même son de cloche chez son compatriote Habib. Il a laissé sa femme et ses deux enfants derrière lui en Afghanistan. Lui aussi se trouve dans un camp de réfugiés en Turquie.
«C’est difficile pour moi ici. Mais je ne peux pas rentrer. Les talibans* me tueront. J’ai eu le cœur serré quand j’ai vu les images de ce qui se passait en Afghanistan, comment les gens mouraient [à l’aéroport, en essayant de fuir à bord des avions américains, ndlr]. Nous ne pouvons pas appeler nos proches,  nous n’avons pas de contact avec eux», déplore-t-il.
Pour Muhammed, Habib et bon nombre des 420.000 Afghans réfugiés ou en situation irrégulière actuellement en Turquie, le Graal est le plus souvent d’arriver à poser le pied sur le sol européen et de s’y construire une vie. «Il y a une situation de sauve-qui-peut», résumait pour Sputnik Karim Pakzad, chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et spécialiste du Moyen-Orient. Un phénomène qui n’est d’ailleurs pas nouveau: «Jamais, depuis plus de quarante ans, l’immigration afghane vers l’Europe n’a cessé.» Mais qui prend des proportions considérables. Au début du mois d’août, avant même la prise de Kaboul par les talibans*, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) des Nations unies dénombrait 30.000 Afghans fuyant chaque semaine leur pays vers l’Iran, puis la Turquie. Destination visée, l’Europe.

Stratégie migratoire européenne inexistante

Problème: l’Europe, qui n’a toujours pas fini de digérer la vague migratoire de 2015, va désormais devoir faire face à une possible nouvelle crise migratoire.
«Cette crise afghane s’inscrit dans une problématique plus large: l’Europe n’a pas de stratégie migratoire. Pour le moment, on reste dans le coup par coup, dans le chacun pour soi, et ça ne fait pas une stratégie», explique à Sputnik l’humanitaire Françis Vallat, ex-président de SOS Méditerranée.
Celui-ci parle désormais en son nom et non en celui de l’ONG apolitique qu’il présidait. C’est d’ailleurs selon lui l’absence de stratégie qui en fait un problème aussi clivant au sein du Vieux Continent. Ainsi perçoit-il «trois sensibilités» sur la question au sein des sphères dirigeantes en Europe: «La première est plutôt favorable à une ouverture contrôlée. La seconde, marquée par une fracture géographique est-ouest, est complètement contre. Et une troisième ne cesse de repousser le problème, car il est difficile à affronter.»   

Corrélation entre l’augmentation de la criminalité et l’afflux de réfugiés?

L’absence de stratégie politique rendrait le problème d’autant plus «anxiogène» pour les Européens.
Le crainte de voir une vague migratoire non maîtrisée se traduire par une criminalité en hausse semble lancinante. Commandée par ministère allemand de la Famille, une étude datant de 2018 révèle en effet une nette corrélation entre l’augmentation de la criminalité et l’arrivée de réfugiés. En 2015 apparaît un boum de la criminalité de +10,4%, imputé pour 92,1% à des réfugiés ayant fui les zones de guerre du Moyen-Orient.
À cela s’ajoute une crainte: l’attachement de la population afghane à une version rigoriste de l’islam. Selon un sondage de l’institut américain Pew Research Center de 2013, les Afghans plébiscitent la charia à 99% et sont à 87% favorables aux châtiments corporels.   
«Les Afghans qui vont s’exiler, ce sont ceux des centres-villes. Ils réfutent le modèle de société conservateur offert par les talibans*. Ils sont plutôt attachés à un mode de vie occidental. C’est pour ça qu’ils partent», estimait quant à lui Gérard Vespierre, directeur de recherche à la Fondation d’études pour le Moyen-Orient (FEMO). 
Aéroport de Kaboul le 16 août - Sputnik France, 1920, 20.08.2021
Accueil des réfugiés afghans: les Parisiens entre «solidarité» et «dignité», mais le tout «contrôlé»
Ce clivage autour de l’accueil de réfugiés fait dire à Francis Vallat avec d’autant plus de force qu’aujourd’hui «ce qu’il faudrait dire à Bruxelles, c’est: définissez une stratégie, quelle qu’elle soit!  Elle ne sera pas incontestable, car n’importe quelle stratégie est contestable, mais au moins y aura-t-il une feuille de route. C’est le devoir des politiques.» Pour lui, l’incertitude est le premier de tous les maux. L’essentiel pour les Européens serait de savoir que «le problème est pris à bras-le-corps».
«D’autant que les migrations, que ce soit en Afghanistan ou ailleurs notamment avec les futurs réfugiés climatiques, ne sont pas près de s’arrêter», conclut-il.  
En 2020, l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) a, selon les informations du Parisien, répondu positivement à 5.381 demandes d’asile d’Afghans, sur 8.423. Ces derniers représentent le plus grand contingent de demandeurs d’asile dans l’Hexagone. Un chiffre qui est donc voué à augmenter dans les prochains mois.
* Organisation terroriste interdite en Russie.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала