Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Ce pays maîtriserait d’ores et déjà la technologie de modification de la météo

La pluie - Sputnik France, 1920, 30.08.2021
S'abonner
Les Émirats arabes unis travaillent fermement sur un programme de déclenchement de pluies artificielles au moyen de drones. Mais l’efficacité des techniques d’ensemencement des nuages n’est toujours pas prouvée. Qui plus est, elle pourrait receler des dangers.
Le Centre météorologique national des Émirats arabes unis a publié à la mi-juillet des images avec des pluies qui s’étaient déversées sur certaines régions.
Посмотреть эту публикацию в Instagram

Публикация от المركز الوطني للأرصاد (@officialuaeweather)

Le pays, aurait-il maîtrisé la technique de déclenchement de pluies grâce à des drones qui lancent des décharges électriques dans les nuages?
Car le pays se livre à des opérations d'ensemencement des nuages grâce à des avions qui déversent sur eux des produits chimiques, comme l'iodure d'argent, afin de provoquer une augmentation des précipitations.
Les Émirats arabes unis réalisent un projet qui a pour but de faire fusionner les gouttes d’eau au moyen d’une impulsion électrique, «comme des cheveux sur un peigne», avait précédemment expliqué à la BBC un spécialiste qui a travaillé sur un projet semblable à l’université de Reading, au Royaume-Uni.
«Quand les gouttes fusionnent et sont suffisamment grosses, elles tomberont sous forme de pluie», avait-il expliqué, ajoutant que le pays avait suffisamment de nuages pouvant se prêter à l’opération.
Ce projet est l’un des neuf réalisés dans le cadre du programme lancé en 2015 et financé par les Émirats.
Le programme d’ensemencement des nuages a été entamé par le pays dans les années 1990, indique sur son site officiel le Centre national de la météorologie (NCM). Le pays dispose aujourd’hui de plus de 60 stations météorologiques, d'un réseau de radars météorologiques et de six avions pour les opérations d'ensemencement. Un bon déroulement de l’opération nécessite la collecte des données nécessaires en surveillant la formation des nuages, la mise au point des substances chimiques, ainsi que l’identification des nuages propices.
«Il faut des nuages chauds, en jargon météo, c’est-à-dire des nuages où il n’y a pas de glace en suspension […]. Des nuages bas qui contiennent beaucoup de gouttelettes d’eau liquide», a expliqué à Libération le chercheur à Météo-France et expert en modification du temps François Bouttier.
«Les sels vont augmenter la taille des gouttelettes, et convertir l’eau nuageuse en pluie», a-t-il noté.
En 2016, les Émirats arabes unis ont mené à bien 177 ensemencements. Depuis le début de 2021, le NCM a réalisé 126 vols d'ensemencement, provoquant des pluies, souvent intenses, a affirmé Gulf Today.
Toutefois, les spécialistes s’accordent à dire qu’il est difficile d’affirmer quoi que ce soit au sujet du succès de l’opération. En effet, le nuage était peut-être suffisamment chargé par lui-même et aurait déversé son eau sans aucun «catalyseur».

«Un profond scepticisme»

Des programmes de modification artificielle du temps, notamment pour disperser le brouillard, déclencher la pluie et les chutes de neige et supprimer la grêle, sont en cours dans plus de 40 pays de la planète.
Toutefois, «en dépit de plusieurs décennies de recherche, un profond scepticisme plane encore autour de l’ensemencement des nuages, notamment en raison du défi que représente l’évaluation de l’efficacité de la technique (l’établissement du rapport de cause à effet) compte tenu de la complexité et de la variabilité des systèmes météorologiques», indique sur son site l’Organisation météorologique mondiale.
Car, à la base de toutes ces techniques de modification artificielle du temps, il y a la recherche des nuages les plus adéquats.
«Sans nuage, ces technologies sont vaines», souligne l’organisation.
Le directeur du Centre national de météorologie et de sismologie des Émirats arabes unis (NCMS), Abdullah Al Mandoos, a lui aussi souligné que pour mettre en œuvre des projets d’ensemencement, chaque pays doit avant tout définir «les nuages les plus courants au-dessus de son territoire».
L’emplacement des nuages est également un facteur important. Ceux qui survolent les tropiques diffèrent de leurs «homologues» des latitudes moyennes et ceux qui se trouvent dans des régions à taux de pollution différents peuvent connaître des processus de précipitations inégaux.

Les risques

Entretemps, la technique n’est pas sans un certain danger, car «l’atmosphère n’a pas de murs», a souligné Andrea Flossmann, de l’Observatoire de physique du globe de Clermont-Ferrand.
«Ce que vous y injectez peut ne pas avoir l’effet voulu à proximité, mais peut surtout être transporté ailleurs et y produire des effets indésirables.»
Selon elle, tout se décide au niveau des nuages.
«Chaque nuage va réagir à sa manière: il est difficile de savoir si les particules injectées auront un effet et, si c’est le cas, si ce sera bien l’effet escompté.»
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала