Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
Palais de l'Elysée  - Sputnik France, 1920, 22.09.2021
France

Discrimination envers les gens du voyage: "des populations stigmatisées depuis toujours"

Une caravane - Sputnik France, 1920, 07.10.2021
S'abonner
Accès difficile à l’eau potable, refus illégaux de scolarisation, manque d’aires d’accueil: une défenseure des droits alerte sur la situation des gens du voyage. Des conditions de vie que dénonce l’association Rencontres tsiganes.
Le constat est sans appel pour la défenseure des droits: les communautés de Voyageurs sont victimes de "discriminations systémiques". Dans un rapport intitulé "Gens du voyage: lever les entraves aux droits", publié le 6 octobre, Claire Hédon alerte ainsi les pouvoirs publics sur les nombreuses difficultés qu’ils rencontrent en matière de logement, d’accès à l’éducation ou à la santé.

"Les insuffisances en matière d’équipements et d’accès à l’eau potable, l’éloignement des services publics et notamment des écoles, ainsi que l’exposition aux risques environnementaux aggravent la situation", souligne le rapport.

En effet, bon nombre d’aires d’accueil sont localisées à proximité de déchèteries, de stations d’épuration, de voies ferrées ou encore d’usines. Sur les 1.358 aires d’accueil répertoriées en France, 51% sont polluées, quand 70% d’entre elles sont isolées.
Lors de l’incendie de l’usine de Lubrizol en septembre 2019 par exemple, une aire d’accueil de 25 familles était située à 500 mètres de l’incident.

Une communauté mise au ban de la société

Outre la localisation et la qualité des terrains, ce sont leur nombre qui pose problème: "Il y a un gros souci par rapport à l’accueil des voyageurs", regrette au micro de Sputnik Caroline Godard, membre de l’association Rencontres tsiganes.

"Certaines communes voulaient réaliser des aires d’accueil et tout de suite les habitants s’y opposent. Les maires ne sont pas très courageux dans ces cas-là, ils abandonnent leur projet."

Or la loi Besson I de 1990 oblige les communes de plus de 5.000 habitants à réserver aux gens du voyage des terrains aménagés afin de les accueillir. La défenseure des droits a d’ailleurs indiqué que "les objectifs d’accueil quantitatifs et qualitatifs prévus par la loi du 5 juillet 2000 [seconde loi Besson, ndlr] ne sont toujours pas atteints, ce qui expose les voyageurs à des expulsions fréquentes."

"Effectivement, vingt ans après, ce n’est toujours pas le cas", abonde Caroline Godard. "Par exemple à Marseille, on n’a qu’une seule aire d’accueil, ce qui est très en dessous de ce qui doit être fait, et qui est dans un état effroyable".

Des conditions d’accueil qui portent "atteinte au droit fondamental à un logement convenable", a précisé Claire Hédon. Cela les obligerait donc "parfois" à "occuper des terrains de façon illicite", avance la responsable associative.
Or, ce mode d’occupation peut être à l’origine de vives tensions entre les élus locaux et les Voyageurs. En août dernier, un conseiller municipal de la commune d’Arsy (Oise) avec l’aide d’un tractopelle avait tenté d’arrêter une vingtaine de caravanes qui voulaient occuper un terrain de foot. Ou encore en juillet dernier en Corrèze, l’édile de la commune de Malemort Laurent Darthou avait décidé de bloquer le passage… en s’allongeant sur le sol, dans le but cette fois-ci d’empêcher des gens du voyage de s’installer sur une aire de jeux. Les deux parties avaient fini par trouver un terrain d’entente. L’aire de camping-car de Donzenac avait été ouverte pour les accueillir, contre paiement de leur emplacement le temps du séjour.
Par ailleurs, les gens du voyage sont confrontés à d’autres problématiques liées à leur mode de vie: l’absence de reconnaissance de la caravane comme un logement à part entière.

Reconnaître leur mode de vie

"Alors que ça l’est, car des gens choisissent de vivre comme cela", souligne Caroline Godard, qui est également membre de la ligue des droits de l’Homme (LDH). Conséquence? Ce serait source de discrimination dans de nombreux domaines tels que la domiciliation, le lieu d’imposition, l’accès aux crédits et aux assurances, l’obtention du droit de garde d’un enfant, ou tout simplement l’obtention d’aides au logement (APL), fait valoir la défenseure des droits.
En outre, Claire Hédon dénonce également des "refus de scolarisation illégaux" émanant de certaines autorités locales et exhorte ces dernières à "cesser d’utiliser les différends administratifs qui les opposent aux familles demeurant sur des terrains occupés illicitement pour freiner, empêcher, voire interdire l’accès des enfants à l’école".
Avec ce constat désormais posé, cette enquête peut-elle faire évoluer la situation? "On peut l’espérer", estime Caroline Godard.

"Un rapport du défenseur des droits, ce n’est pas une simple dénonciation, donc sur les points qu’elle évoque, cela pourrait faire bouger les choses."

Quant au regard des Français sur les communautés de Voyageurs, Caroline Godard concède que "cela prendra du temps": "ce sont des populations qui sont depuis toujours stigmatisées".
"Ils souffrent d’une image extrêmement négative dans la société, il n’y a voir les propos que l’on peut tenir à leur sujet", conclut notre interlocutrice.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала