Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
Palais de l'Elysée  - Sputnik France, 1920, 22.09.2021
France

Un millionnaire français prête 300.000 euros pour l’hypothétique campagne de Zemmour

© Photo Pixabay / Peter LinkeDes billets de 500 euros
Des billets de 500 euros - Sputnik France, 1920, 08.10.2021
S'abonner
Qualifié pour la première fois pour le second tour à la présidentielle dans le cadre d’un sondage, Éric Zemmour a reçu son premier soutien financier important, même s’il ne s’est pas encore porté candidat. Le millionnaire Charles Gave a ainsi prêté 300.000 euros à l’association Les Amis d’Éric Zemmour, révèle Le Point.
Même si Éric Zemmour continue de laisser planer le doute sur sa candidature à la présidentielle, il a déjà bénéficié d’un important chèque fin septembre pour sa probable campagne, relate Le Point le 7 octobre.
Selon le média, l’homme d’affaires Charles Gave a prêté 300.000 euros au polémiste. Le chèque a été signé le 21 septembre à l’ordre de l’association de financement du parti Les Amis d’Éric Zemmour, officiellement agréé en juin par la Commission nationale des comptes de campagne.
L’entrepreneur avait affiché depuis des semaines son soutien à l’essayiste, indique l’hebdomadaire. Il aurait toutefois attendu qu’il décolle dans les sondages pour le financer.
"Éric a un courage physique insensé. Et comme disait Napoléon: le courage est la seule vertu qu’on ne peut pas feindre. Et puis il aime son pays comme un fou…", a dit M.Gaves au Point.

L’attente d’"un bon moment"

Le polémiste, non candidat pour l’instant, monte pourtant dans les sondages.
Selon une enquête Harris Interactive pour Challenges, publiée le 6 octobre, M.Zemmour serait pour la première fois qualifié au second tour de l’élection avec 17 à 18% des intentions de vote. Il serait ainsi placé derrière Emmanuel Macron (24 à 27%).
Invité de Punchline sur Europe 1 et CNews le 6 octobre, M.Zemmour a expliqué sa volonté de temporiser par le besoin de "choisir le bon moment", d’"être sûr de [sa] décision" et que "des éléments matériels (financement de campagne, parrainages) soient réunis".

Financement des campagnes présidentielles

Même si Emmanuel Macron ne s’est pas encore déclaré candidat, des proches s’activent pour le financement de sa campagne éventuelle.
Selon un membre du gouvernement, cité par Le Parisien le 5 octobre, plusieurs centaines de personnes auraient déjà apporté leurs contributions depuis septembre, avec "des chèques directement faits à l’ordre de l’association de financement de la campagne d’Emmanuel Macron".
D’après le quotidien, s’il se qualifie pour le second tour, il pourra dépenser jusqu’à 22 millions d’euros. Le média indique que sept millions seront apportés en fonds propres par LREM, 10 millions par un recours à l’emprunt. Le parti présidentiel cherche cinq millions d’euros de dons.
Quant à Marine Le Pen, elle a écrit au Président de la République pour l’"alerter" sur les difficultés de financement de la campagne quand un candidat ne peut plus emprunter d'argent à des banques non européennes, ni à des entreprises privées, selon un courrier daté du 2 septembre relayé par Challenges. Elle a aussi demandé au Parlement d’"ouvrir" de nouvelles possibilités de financement.
Mme Le Pen a déploré que les prêts de particuliers soient interdits pour les prétendants à la présidentielle.
Arnaud Montebourg avait dit au Parisien en juin qu’"en l’état actuel, je ne suis pas candidat, car je n’ai pas les ressources personnelles et financières pour l’être". Depuis, il a officialisé sa candidature et a lancé un appel aux dons sur son site de campagne.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала