Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

À Marseille, une carte de vœux de la mairie avec Notre-Dame-de-la-Garde sans croix indigne la droite

© AP Photo / Boris HorvatMarseille
Marseille - Sputnik France, 1920, 24.12.2021
S'abonner
Le diable est dans le détail. Un scandale a secoué Marseille, l'opposition étant indignée par la carte de vœux de la municipalité, de gauche, sur laquelle le dôme de Notre-Dame-de-la-Garde est privé de sa croix. Or, cette même image est déjà utilisée depuis des années, notamment par ceux qui la condamnent.
Après le retrait, en Suède, du mot "Dieu" d’un chant de Noël, c’est au tour d’une image stylisée représentant une église de troubler les esprits.
La municipalité de gauche marseillaise a diffusé cette année une carte de vœux pour l’année 2022 présentant la basilique de Notre-Dame-de-la-Garde, symbole de la ville, sans croix sur son dôme. Ce choix a fait bondir l’opposition, rapporte France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur.
C’est Valérie Boyer, la sénatrice Les Républicains (LR) des Bouches-du-Rhône, qui a ouvert le débat en publiant, le 22 décembre, sur Twitter une réplique sarcastique: "Merci à la municipalité d’être si attachée à nos traditions, à nos racines et à notre identité. Après la disparition du Joyeux Noël (remplacé par Bonnes Fêtes) nous apprenons que Notre-Dame-de-la-Garde n’a pas de croix. La Vierge Marie pourrait être la prochaine?"

La droite s'insurge

Elle a été suivie d’un post d’Yves Moraine, ancien président du groupe LR au conseil municipal de la cité phocéenne, qui a interpellé le maire Benoît Payan en lui demandant "pourquoi?".
La controverse a ensuite gagné le niveau national. Ainsi, l’ancienne ministre Nadine Morano a critiqué la gauche verte marseillaise en pointant "des destructeurs de notre civilisation, de notre culture, de nos racines chrétiennes". Elle a fait écho à la candidate à la présidentielle Valérie Pécresse, qui vient elle aussi de critiquer le rejet "des racines chrétiennes de l’Europe", à l’occasion de l’installation à Bordeaux d’un sapin de verre et d’acier au lieu d’un arbre traditionnel.
Mme Morano a été suivie par l’ancien député du Gard Gilbert Collard, qui a condamné les "éradicateurs mesquins et staliniens de notre histoire".

Rien de nouveau

De son côté, la mairie se montre agacée par ce scandale. Audrey Gatian, adjointe au maire déléguée à la politique de la ville et aux mobilités, a affirmé sur Twitter que "la droite marseillaise est en manque d'inspiration et ne sait plus quoi dire pour créer un faux buzz". Car l’image qui a tant indigné la droite est en fait déjà utilisée depuis des années, montre l’élue en postant une couverture du magazine de la mairie qui le prouve.
Pour France 3, l’élue du Printemps marseillais a précisé que cette "vue stylisée de la ville" "tourne depuis des années à la mairie de Marseille", "avec les tours par exemple qui ne sont pas dans le bon ordre". L’image est utilisée "même par madame Boyer elle-même!". "Cette histoire tourne à l'absurde", a-t-elle conclu.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала