Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

"Emmerder les non-vaccinés": Castex explique les propos polémiques de Macron

© AFP 2021 JEAN-FRANCOIS MONIERJean Castex
Jean Castex - Sputnik France, 1920, 06.01.2022
S'abonner
Revenant sur les propos polémiques d’Emmanuel Macron, pour qui il faut "emmerder les non-vaccinés", Jean Castex considère que le Président dit "parfois tout haut ce que beaucoup de gens pensent tout bas". "Quand on est citoyens, on a des droits et des devoirs", insiste le Premier ministre.
Après avoir pleinement soutenu Emmanuel Macron qui avait déclaré dans les colonnes du Parisien qu’il faut "emmerder les non-vaccinés", Jean Castex s’est davantage exprimé sur BFM TV concernant "la tempête provoquée [par ces propos] dans certains milieux" et a appelé à la solidarité face à la crise du Covid.
Affirmant que le gouvernement souhaite "de plus en plus faire peser la pression sur les non-vaccinés", le Premier ministre a lancé face à Jean-Jacques Bourdin:
"Le Président de la République peut aussi dire parfois tout haut ce que beaucoup de gens pensent tout bas."
Estimant que dans la situation actuelle, "il faut être ferme et incitatif", Jean Castex s’est félicité de l’avancée de la campagne vaccinale, car "il y a bientôt 92% de nos citoyens qui ont été vers la vaccination".
"C’est l’intérêt collectif de notre pays. […] On est en société, on doit être solidaire", a-t-il ajouté alors que le projet de loi relatif à la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal a été adopté en première lecture ce 6 janvier après que son examen a été reporté à cause de la controverse provoquée par les déclarations d’Emmanuel Macron.

"Ne jouons pas sur les mots"

Le Premier ministre a par ailleurs été interrogé sur d’autres propos ambivalents du Président, qui, dans la même interview au Parisien, avait jugé qu’une fois qu’on refuse de se faire vacciner, on expose autrui, devenant ainsi "irresponsable", et qu’"un irresponsable n’est plus un citoyen".
Ému face au choix de la formulation, un Français qui n’a toujours pas opté pour l’immunisation a par exemple confié à Sputnik souhaiter demander à l’Élysée "s’[il] a le droit de ne plus payer l’URSAFF de [s]es salariés, les charges de [s]on entreprise, etc., vu qu’[il] n’[est] plus un citoyen."
"Ne jouons pas sur les mots. Les non-vaccinés restent évidemment des citoyens. Quand on est citoyens, on a des droits et des devoirs, ça s’appelle le civisme et le sens des responsabilités", a commenté Jean Castex.

"La formule est fleurie"

"Si nous sommes tous citoyens, personne n’emmerdera personne", a ajouté le chef du gouvernement, ceci alors que les propos d’Emmanuel Macron ont dérangé ses opposants et même divisé la majorité.
Ainsi, le député LREM de l’Indre, Philippe Jolivet, a estimé sur France Bleu qu’il "n’aurait pas dit cette phrase-là". Sacha Houlié, députée LREM de la Vienne, a quant à elle affirmé sur BFM TV que "la formule [était] fleurie".

Ce qu'en pensent les Français

Selon un récent sondage d'Elabe pour BFM TV et L'Express, parmi 855 personnes interrogées 53% contre 47% ont avoué être choquées face à ces propos virulents.
Quant à la formulation selon laquelle "un irresponsable n’est plus un citoyen", 48% des répondants contre 52% s'en disent choqués.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала