- Sputnik France, 1920, 12.01.2022
Garanties de sécurité
Des consultations entre la Russie et les États-Unis et la Russie et l'Otan consacrées aux propositions russes sur les garanties de sécurité se sont déroulées en janvier 2022 à Genève et Bruxelles.

Sécurité en Europe: "à partir du moment où il y aura un traité, les Russes le respecteront"

© Sputnik . Natalia Seliverstova / Aller dans la banque de photosLe ministère russe des Affaires étrangères et le Kremlin
Le ministère russe des Affaires étrangères et le Kremlin - Sputnik France, 1920, 15.01.2022
Après des pourparlers houleux à Genève, Bruxelles et Vienne autour de l’Ukraine, Russes et Occidentaux n’ont finalement pu s’entendre que sur l’ampleur de leurs désaccords. Retour sur une intense semaine diplomatique, décevante aux yeux de Moscou.
Après une intense semaine de pourparlers russo-occidentaux, la déception est grande. Moscou et les chancelleries occidentales ne sont pas parvenus à trouver un terrain d’entente.
Bien qu’à Vienne, l’OSCE ait insisté sur l’"urgence" du dialogue, celui-ci est dans "l’impasse", a estimé le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov. Américains et Européens ont rejeté en bloc les demandes de Moscou concernant la non-intégration de l’Ukraine dans les rangs de l’Otan.
Pour le n°2 de la diplomatie russe, qui a mené le 10 janvier la délégation russe à Genève, il est inutile de reprendre les pourparlers dans les prochains jours. Celui-ci a également déclaré que si les Occidentaux persistaient sur leur ligne, un déploiement militaire russe à Cuba et au Venezuela n’était pas à exclure. Une "fanfaronnade", a vertement répliqué la Maison-Blanche, promettant que les États-Unis répondraient de manière "décisive" à un tel déploiement russe à ses portes.

Dialogue de sourds: Russes et Occidentaux tournent en rond

Depuis le mois de décembre et la parution dans la presse américaine de photos satellites montrant du matériel militaire russe à la frontière biélorusse, les Occidentaux accusent Moscou de préparer l’invasion de l’Ukraine. De son côté, la Russie persiste et signe sur le fait qu’elle n’a nullement l’intention d’attaquer son voisin et que ces mouvements de troupes sur son propre sol ne regardent qu’elle.
Montée en épingle par la presse, cette "menace" de l’"ogre russe" sur l’Ukraine a pourtant abouti aux actuels pourparlers. Serait-ce finalement les Occidentaux qui ne comprendraient que la force? Face à cette incompréhension, Vladimir Poutine aurait ainsi "dû hausser la voix", comme l’estimait auprès de Sputnik l’ex-ambassadeur français Eugène Berg. "On aurait dû discuter avant", regrette-t-il, évoquant le cas de la crise géorgienne… il y a plus de 13 ans.
Washington se dit ainsi "prêt à tous les scénarios" avec Moscou: poursuite du dialogue ou représailles "sévères". Le 13 janvier, au moment même où la réunion de l’OSCE s’ouvrait sur le Vieux Continent, les sénateurs démocrates présentaient un nouveau train de sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.

Les Russes contraints de "hausser la voix" pour se faire entendre

Ces dernières prévoient notamment d’interdire de territoire américain Vladimir Poutine et les figures du gouvernement, dont le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, ainsi que la déconnexion des grandes banques russes du système de paiement interbancaire (SWIFT). Une "mesure intolérable équivalente à une rupture des relations", a mis en garde le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Dans l’état actuel des choses, les positions des Russes et des Américains sont irréconciliables", résume Melinda Haring, la directrice adjointe du centre américain Eurasia, dans une note d’analyse.
Pourtant, à la base, cette volonté de dialogue dans le cadre de l’OSCE constitue un "retour aux sources" du dialogue est-ouest comme le souligne auprès de Sputnik le journaliste Pierre Lorrain.

"Cela revient à la position qui avait été réellement à l’amorce des négociations qui menèrent à la politique de détente entre le monde occidental et l’Union soviétique au début des années 70", relate ce spécialiste de l’URSS, du monde post-soviétique et de la Russie.

Ce dernier tient ainsi à rappeler la manière dont la Conférence pour la sécurité et la coopération en Europe (CSCE), qui s’est tenue à Helsinki à partir de 1973, s’est pérennisée à travers l’OSCE. "Cela portera ses fruits, mais pas tout de suite", ajoute-t-il, "Il a fallu deux ans à la conférence d’Helsinki pour aboutir".

"Ils se rendent compte que la Russie est un gros morceau à avaler"

Aux yeux du journaliste, "tout le monde se rend bien compte qu’on ne peut pas continuer ainsi". D’un côté, si les Russes "ne veulent pas céder sur l’essentiel", ils ne "demandent pas mieux que d’être intégrés dans un système de sécurité collective de l’hémisphère nord", estime-t-il avant d’ajouter "à partir du moment où il y aura un traité, les Russes le respecteront". De l’autre côté, les États-Unis ne peuvent à ses yeux se permettre d’assurer simultanément un front avec Moscou et un autre avec Pékin, qui plus est après leurs déboires en Afghanistan.
"Ils se rendent compte que la Russie est un gros morceau à avaler", estime l’auteur de L'Ukraine, une histoire entre deux destins (Éd. Bartillat, 2019) "La stratégie des néocons dans les années 2.000 vis-à-vis de la Russie était de lui retirer ses dents, en la privant de son potentiel nucléaire grâce au système ABM [missile antibalistique, ndlr] qu’ils essayaient d’installer" à proximité de ses frontières ou en "la marginalisant" à coups de révolutions de couleur, relate-t-il. Une tendance qui aurait été "renversée" grâce aux missiles hypersoniques, estime Pierre Lorrain. Capables de déjouer les systèmes anti-missiles, ces engins ont contribué à réhabiliter le risque de destruction mutuelle assurée (ou "équilibre de la terreur").
Ainsi, les États-Unis seraient aujourd’hui prêts à revenir sur le déploiement de leurs batteries anti-missiles en Europe, selon Thomas Pickering. "Maintenant, c’est au tour de Moscou de réagir", a déclaré à Sputnik, ce 15 janvier, cet ancien sous-secrétaire d’État et ambassadeur américain en Russie.

États-Unis: multirécidivistes de la dénonciation de traités

Voilà un geste qui serait empreint de cynisme, dans la mesure où ces batteries sont le fruit d’écarts américains dénoncés de longue date par Moscou. Fin 2010, l’administration Obama annonçait le déploiement en Europe de leur bouclier anti-missile. Dans la foulée, la Pologne, la Roumanie et la Turquie firent part de leur intérêt pour recevoir ces missiles intercepteurs SM3-IIA financés par les contribuables des pays de l’Otan. Présentés comme devant prémunir les Européens d’hypothétiques frappes iraniennes, ils privaient de facto la Russie de sa capacité de riposte en cas d’attaque nucléaire.
À l’époque déjà, le Président russe Dimitri Medvedev avait tapé du poing sur la table, dans la plus grande indifférence des États-Unis et de leurs alliés. Par la suite, le pays de l’Oncle Sam en déchira plusieurs traités de limitation des armements. Comme celui sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) en 2019, puis Ciel ouvert l’année suivante.
Car c’est bel et bien vis-à-vis de sa sécurité que la Russie a une "obsession assez traditionnelle", comme l’a souligné auprès du Figaro, en début de semaine, l’ex-analyste de la CIA George Beebe. Celui-ci évoque ainsi une "erreur d’analyse fondamentale" des Américains, qui appliquent avec les Russes la même grille de lecture qu’avec les Soviétiques: à savoir qu’ils seraient dans la recherche de la confrontation avec les Occidentaux. En somme, malgré la chute de l’URSS, Washington n’a jamais changé de logiciel.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала