Le prix du gaz en Europe pourrait augmenter contrairement aux prévisions précédentes

© Sputnik . Stringer / Aller dans la banque de photosUne entreprise gazière (image d'illustration)
Une entreprise gazière (image d'illustration) - Sputnik France, 1920, 13.02.2022
Au rebours des estimations précédentes, les spécialistes d’Oxford Economics ont révélé qu’il fallait s’attendre à une hausse du prix du gaz en Europe en 2022. Cela, de plus, accentuera l’inflation, d’après d’Angel Talavera, responsable de l'économie européenne au cabinet d'analyse britannique.
Le gaz dans les pays européens sera beaucoup plus cher en 2022 que prévu, ce qui contribuera à alimenter l'inflation, selon les estimations d’Angel Talavera, responsable de l'économie européenne au cabinet d'analyse britannique Oxford Economics.
"Les tensions géopolitiques actuelles entre la Russie et l'Ukraine ont incité notre équipe chargée des matières premières à relever sensiblement ses prévisions concernant les prix de l'énergie pour l'année en cours. Nous prévoyons désormais que les prix du pétrole resteront élevés tout au long de 2022, à environ 86 dollars le baril, contre 73 dollars prévus précédemment. Il en va de même pour les prix du gaz naturel, qui semblent maintenant être beaucoup plus élevés tout au long de l'année, alors que nous nous attendions auparavant à ce qu'ils baissent rapidement à partir du deuxième trimestre", a écrit le spécialiste.
Le taux d'inflation annuel de 19 pays de la Zone euro s'est accéléré, pour atteindre 5% en décembre dernier, contre 4,9% le mois précédent, a indiqué Eurostat. Il s'agit du taux le plus élevé pour le bloc monétaire, calculé sur l'ensemble des membres, selon la même source. Les prix de l'énergie ont été le principal moteur de la hausse de l'inflation, a déclaré la Commission européenne.
Les prévisions concernant le gaz et le pétrole ont été relevées de "53% et 19% respectivement", a ajouté l’économiste. Ces changements ont conduit à un ajustement significatif des estimations de l'inflation dans la Zone euro, ajoute-t-il.
"Nos nouvelles prévisions tablent sur une inflation moyenne de 3,9% en 2022, contre une estimation précédente de 2,5%", a conclu Angel Talavera.
Oxford Economics estime que la croissance des prix à la consommation dans la Zone euro ralentira pour passer sous la barre des 2% à partir de 2023 en raison des coûts énergétiques.
Dans le même temps, les spécialistes s'attendent toujours à une réduction progressive du prix du combustible bleu en 2022, d’environ 30 dollars par MMBtu (le British thermal unit) à 20-25 dollars. En 2023, les prix pourraient chuter plus vigoureusement pour atteindre 10 dollars, ce qui reste supérieur au niveau d'avant la crise des années précédentes.

Des prévisions de la Commission européenne

La Commission européenne avait déjà écrit, dans ses perspectives économiques d'hiver, que les prix de l'énergie dans l'Union européenne resteraient le principal moteur de l'évolution des prix à la consommation en 2022.
Les prix de gros du gaz sur les marchés spot de l’UE pourraient se stabiliser à partir du deuxième trimestre. Toutefois, les prix en 2022 pourraient être plus élevés que prévu en automne et pourraient chuter au printemps 2023, selon la Commission européenne.

Crise énergétique et flambée des prix

Les prix du gaz ont commencé à monter en Europe au printemps 2021, lorsque le coût moyen du combustible bleu pour les contrats à terme a oscillé entre 250 et 300 dollars pour 1.000 mètres cubes sur le marché néerlandais TTP. Après avoir dépassé les 1.000 dollars pour 1.000 mètres cubes début octobre, le prix du gaz a atteint un maximum historique de 2.190,40 dollars en décembre. Il n'y a jamais eu de prix si élevés pendant une si longue période depuis le début de la libéralisation du marché du gaz européen, en 1996.
Usine du GNL à Iamal - Sputnik France, 1920, 29.01.2022
Y a-t-il des alternatives au gaz russe pour l’Europe? Des analystes décrivent des scénarios
Début février, l’agence Bloomberg avait déjà constaté que les prix européens de l'électricité avaient bondi après que la France, le plus grand producteur d'électricité de la région, a réduit son objectif de production nucléaire pour la deuxième fois en un mois.
Dans un contexte de flambée des prix du gaz au niveau mondial, qui a fait grimper le coût de l'électricité dans toute l'Europe, Électricité de France (EDF) avait déclaré que sa production nucléaire pourrait chuter cette année à des niveaux jamais vus depuis 1990. Il existe une "probabilité significative" d'une réduction de la production pour 2023, selon Morgan Stanley.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала