- Sputnik France, 1920
Escalade dans le Donbass
Les Républiques autoproclamées du Donbass ont ordonné l'évacuation de civils vers la Russie accusant les forces de Kiev de préparer une offensive.

L’Ukraine est capable de se doter d’armes nucléaires, selon Moscou

© Photo Pixabay / WikiImagesL'explosion d'une bombe nucléaire.
L'explosion d'une bombe nucléaire. - Sputnik France, 1920, 22.02.2022
La Russie a mis en exergue les capacités de Kiev à se doter d’armes nucléaires au vu de son passé soviétique. L’Ukraine peut également mettre au point des "bombes sales", selon les experts.
Après plusieurs journées de bombardements ukrainiens sur les républiques de Donetsk et de Lougansk, certains observateurs se demandent désormais si des frappes d’un autre genre pourraient avoir lieu. Les capacités nucléaires de Kiev inquiètent la Russie.
Pour Moscou le risque est réel et l’Ukraine est bien en mesure de se doter d’armes nucléaires, ainsi que de missiles pour les véhiculer.
"Au cours des longues années de pouvoir soviétique et de l'appartenance à l'Union soviétique, il y a eu des opportunités de créer de telles armes. Non seulement des armes, mais aussi leurs porteurs", a déclaré le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, lors d'une réunion du Conseil de sécurité au Kremlin.
Vladimir Poutine avait déjà souligné ce risque lors de sa dernière allocution télévisée, insistant là encore sur l’héritage technologique soviétique.
Lors de l’effondrement de l’URSS, Kiev s’est retrouvée en possession d’un important arsenal nucléaire. La signature du mémorandum de Budapest en 1994 avait quelque peu stabilisé la situation, garantissant la sécurité de l’Ukraine et de plusieurs autres ex-républiques soviétiques, en échange de l’abandon de ces armes nucléaires.
L’Ukraine avait adhéré au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) la même année.
Mais ce 19 février, le Président ukrainien Volodymyr Zelensky a semblé vouloir prendre ses distances avec ces accords. Le chef d’État a demandé des discussions avec les signataires du mémorandum, au rang desquels figurent les États-Unis et le Royaume-Uni, se disant prêt à remettre sur la table "toutes les décisions de 1994" si la sécurité de l’Ukraine n’était pas garantie.

Bombe sale?

Malgré la catastrophe de Tchernobyl en 1986, l’Ukraine continue d’exploiter plusieurs centrales nucléaires pour produire son électricité. Une expertise dans le nucléaire civil qui pourrait également permettre à Kiev de créer des "bombes sales", non pas destinées à des explosions d’envergure, mais plutôt à des manœuvres de contamination, comme l’expliquait récemment à Sputnik l’analyste politique russe Vladimir Jarikhine.
Si l’Ukraine entrouvre à nouveau la porte au nucléaire militaire, le pays pourrait se retrouver isolé sur la scène internationale. Un retrait du TNP serait sans doute vu d’un mauvais œil par l’Onu, alors que l’élaboration d’armes sans sortir du traité pourrait entraîner des sanctions économiques voire un recours à la force internationale, rappelait également à Sputnik Alexandre Ouvarov, rédacteur en chef d'AtomInfo.ru, portail sur l'énergie atomique.

Tensions dans le Donbass

Depuis plusieurs jours, les républiques Donetsk et de Lougansk essuient les bombardements de l’armée ukrainienne. Les évacuations de civils se poursuivent, alors que Vladimir Poutine a annoncé le 21 février reconnaître l’indépendance des deux territoires.
Des projets d’accords d’assistance mutuelle ont été signés par Moscou, Donetsk et Lougansk pour protéger les frontières des deux républiques. Certains pays comme la Syrie ont dit soutenir la position de Moscou, alors que l’Onu a marqué son désaccord. Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a appelé à de nouvelles sanctions antirusses.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала