Ecoutez Radio Sputnik
    Jesse Happy Ndongo, le mentor camerounais qui veut changer les mentalités

    Jesse Happy Ndongo, le mentor camerounais qui veut changer les mentalités

    © Photo. Jesse Happy
    Afrique
    URL courte
    Par
    2132
    S'abonner

    À 27 ans, Jesse Happy Ndongo, le «Dale Carnegie africain», veut bâtir l’Afrique en créant une nouvelle génération de leaders. Écrivain, slameur, chef d’entreprise, il est aussi l’auteur de deux livres et a donné une centaine de conférences à travers le monde pour prôner un continent «en paix et en phase avec son histoire». Portrait.

    Né le 1er août 1992, aîné d’une fratrie de cinq enfants et aujourd’hui marié, cet ancien étudiant de la Midrand Graduate Institute de Johannesburg en Afrique du Sud (devenue le Pearson Insitute of Higher Education en 2014, NDLR) a obtenu un Master en business management.

    Jesse Happy Ndongo, que l’on présente comme le «Dale Carnegie Africain» pour avoir mis au point une méthode de développement personnel destinée aux jeunes, veut apporter sa pierre à l’édification d’une Afrique forte.

    «Ici, nous avons un grand potentiel humain et matériel dans notre environnement. Mais ce qu’il faut aujourd'hui en Afrique, si on veut avancer, c’est davantage de collaboration entre les fils du continent. Nous avons un continent à bâtir», déclare sans ambages Jesse Happy Ndongo au micro de Sputnik.

    Pour cela, il a troqué sa toge d’étudiant pour les habits du «facilitateur», selon ses propres termes, c’est-à-dire de quelqu’un qui permet à un groupe de personnes d’atteindre un objectif fixé d’avance. Depuis maintenant cinq ans,il donne des conférences sur le leadership et le développement personnel à l’échelle locale et internationale.

    Un travail de «partage» mais aussi «d’enrichissement personnel», comme il l’explique, parce que l'aptitude majeure d’un facilitateur, «c'est sa capacité d'écoute et d'interprétation ainsi que sa capacité à faire la synthèse».

    Jesse Happy Ndongo, facilitateur, directeur général d’Easy Group
    © Photo. Jesse Happy
    Jesse Happy Ndongo, "facilitateur", directeur général d’Easy Group

    «Généralement, c'est avec l'expérience d'une séance que je peux en faciliter une autre. Professionnellement, j'ai facilité à ce jour près d'une centaine de conférences. Ce qui représente plus de 10.000 personnes touchées et, à chaque fois, j’ai pu atteindre l’objectif fixé», se félicite-t-il, se remémorant les meilleures séances qu’il a conduites en cinq ans.

    Passionné d’écriture, Jesse Happy Ndongo découvre le développement personnel de manière inattendue, en 2013. À l’époque, il suivait une formation en ligne dans le but de rédiger son premier livre. C’est par le hasard d’un clic que le jeune entrepreneur va tomber sur un précepteur qui deviendra, pour lui, un modèle dans la profession: l’Américain Eric Thomas, coach en développement personnel.

    «C’est son module sur la motivation qui a attiré mon attention et, après avoir visionné sa vidéo, j’ai été très marqué par sa démarche. Dès mon retour au Cameroun en décembre 2013, j’ai aussitôt partagé mes connaissances sur le développement personnel mais je me suis tout de suite rendu compte que les gens n'ont pas besoin de leçon mais de direction. C'est ainsi que j’ai peaufiné mon art pour devenir un facilitateur et être en phase avec les besoins des gens qui me sollicitent», relate-t-il au micro de Sputnik.

    Jesse Happy Ndongo anime un atelier de formation
    © Photo. Jesse Happy
    Jesse Happy Ndongo anime un atelier de formation

    Auteur de deux livres à succès – «TheWhat, Why and How Charity» et «Story of Speaker», publiés en 2014 et en 2016 –, Jesse Happy Ndongo est revenu au Cameroun pour, dit-il, «construire et mettre en place ici ce qui se fait de mieux ailleurs!»

    Dans ses deux ouvrages, il parle surtout de développement personnel en mettant l’accent sur les atouts de l'acte caritatif, dans le premier; et sur l’art oratoire décliné en dix principes, dans  le second:«Un livre audio qui vise à structurer, simplifier et surtout sublimer la compréhension de l’art oratoire.» C’est d’ailleurs à la rédaction de son second livre que ce passionné d’envolées oratoires doit son idylle avec le slam. 

    «Tous bâtisseurs»

    À la tête d’une fondation dénommée Carlton Smile Charity, qu’il a fondée en 2012 pour «créer un pont entre les généreux et les nécessiteux», Jesse Happy Ndongo poursuit son travail de constructeur et de facilitateur humanitaire. Grâce à cette fondation, l’altruiste dans l’âme et son équipe ont déjà réalisé«plus de trente projets et atteint des milliers d'orphelins issus pour la plupart des zones en conflits», précise-t-il.

    Devenu un «manager philanthropique» malgré lui, les questions de responsabilité et de citoyenneté restent les principaux messages que le jeune leader martèle du matin au soir. En tant que dirigeant de «Easy Group» – l’une des plus grandes entreprises sous-régionale basée à Douala qui s’est spécialisée dans le marketing événementiel –, il a également impulsé un mouvement dénommé «Tous bâtisseurs». L’initiative vise à amener les populations à respecter leur environnement, tout en le gardant propre. Le projet draine à chaque édition des centaines de jeunes volontaires dans les principales villes du pays.

    Des jeunes répondent présents au mouvement «Tous bâtisseurs»
    © Photo. Jesse Happy
    Des jeunes répondent présents au mouvement «Tous bâtisseurs»

    «Nous voulons, à travers ce projet, impliquer tout le monde dans l'action sociétale. Nous sommes à l'origine de beaucoup de choses qui nous arrivent. La propreté est notre cheval de bataille pour l'instant parceque pour bâtir, on commence par nettoyer, c'est un principe de base. Le citoyen est à l'origine de ce qui arrive à son environnement du fait de son comportement. Or, plus on l’implique, moins il sera la cause de ce qui pollue son environnement. Pour l’instant, on concentre nos objectifs sur la propriété parce qu’elle est liée à la santé, à l'eau, à la vie sur terre», souligne le jeune leader au micro de Sputnik.

    Autant d’initiatives qui font que Jesse Happy Ndongo sort complètement du lot. Son vœu le plus cher est de parvenir à montrer à la jeunesse du Cameroun et d’Afrique le chemin à suivre pour bâtir son pays et son continent. Ses œuvres et son dynamisme suffiront-ils à réaliser l’Afrique dont il rêve, c’est-à-dire une Afrique «en paix et en accord parfait avec ses richesses»? L’émergence d’une jeunesse «réveillée» et de plus en plus «conscientisée» semble, chaque jour, davantage l’en rapprocher.

    Tags:
    coaching, Cameroun
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik