Afrique
URL courte
Par
7219
S'abonner

Le conseiller US à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a téléphoné à Emma Aparici, conseillère diplomatique du Premier ministre espagnol, annonce la Maison-Blanche. Il lui «a exprimé sa gratitude pour l’accueil continu par l’Espagne des forces militaires américaines», balayant ainsi la rumeur sur le transfert de la base de Rota vers le Maroc.

Après plusieurs mois de rumeurs sur la possibilité d’un déménagement de la base navale américaine de Rota en Espagne vers Ksar Sghir au nord du Maroc, au large du détroit de Gibraltar, les États-Unis viennent enfin d’y mettre un terme. En effet, le conseiller à la sécurité nationale de Biden, Jake Sullivan, a rassuré la conseillère diplomatique en chef du Premier ministre espagnol, Emma Aparici, sur cette question, indique un communiqué de la Maison-Blanche.

Auparavant, le constructeur naval espagnol Navantia avait annoncé la conclusion d’un accord avec le Pentagone, ce qui sous-entendait le non transfert des bateaux.

Après avoir exprimé le souhait du gouvernement américain de renforcer les relations avec son homologue espagnol, M.Sullivan «a exprimé sa gratitude pour l’accueil continu par l’Espagne des forces militaires américaines», indique la note. Par ailleurs, les deux responsables ont également convenu «de travailler ensemble sur des priorités de politique étrangère communes, notamment la Chine, l'Amérique latine et le Sahel».

Navantia va rénover des navires US à Rota

Dans un communiqué publié sur son site, le géant espagnol de la construction navale militaire Navantia annonce la conclusion d’un important accord avec les États-Unis, d’une durée de sept ans, relatif à la rénovation de navires de l’US Navy se trouvant à la base navale de Rota.

«Navantia a été sélectionné […] par le gouvernement américain pour la réparation et l'entretien des destroyers de classe Arleigh Burke (DDG) et d'autres navires de la marine américaine déployés à la base navale de Rota», indique la note. «Cet accord, qui durera jusqu'en janvier 2028, s'élèvera à un maximum de 822,4 millions d'euros et devrait créer plus de 1.000 emplois directs par an».

Et de conclure: «Navantia a ainsi renforcé sa position de principal mainteneur de l'US Navy à Rota, rôle qu'elle remplit depuis 2013».

Ksar Sghir, une base marocaine qui inquiète?

En juillet 2020, le quotidien El Espanol avançait que l’accord militaire qui lie les États-Unis à l’Espagne depuis décembre 1988 concernant la base de Rota expirerait en mai 2021. Il ajoutait par ailleurs que le royaume chérifien avait proposé à la Maison-Blanche d’accueillir les bâtiments de guerre américains à la base stratégique de Ksar Sghir. Toujours d’après le média, cette proposition inquiétait les autorités espagnoles.

Se référant à une source militaire marocaine, le quotidien expliquait que suite à une visite de hauts gradés de la marine américaine à la base de Ksar Sghir pour évaluer ses capacités, Rabat avait multiplié «par quatre la surface» de la base navale, lui permettant ainsi d'«accueillir même des sous-marins».

Selon Yabiladi, depuis le lancement de sa construction en 2008, la base navale de Ksar Sghir est source de préoccupation pour les services de renseignement militaire du voisin ibérique.

Lire aussi:

Opération de police au siège du FC Barcelone, le président Bartomeu arrêté
Véhicules endommagés, poubelles incendiées, tirs de mortiers d’artifice: nuit agitée pour les policiers de l’Oise
Netanyahou accuse l'Iran de l'attaque d'un navire israélien et promet de riposter
Couvre-feu: Macron demande aux Français de «tenir encore quelques semaines»
Tags:
Maroc, Espagne, US Navy
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook