Amérique du Nord
URL courte
Par
365132
S'abonner

Joe Biden exclut une «réinitialisation» des relations avec la Russie au rebours de ce que de nombreux Présidents américains ont fait au début de leur mandat depuis la fin de la Guerre froide, relate le Washington Post.

Les États-Unis n’ont pas l’intention de «réinitialiser» leurs relations avec Moscou pendant la présidence de Joe Biden, a annoncé ce jeudi le quotidien The Washington Post.

«En travaillant avec la Russie, nous chercherons à tenir la Russie responsable de ses actions imprudentes et agressives que nous avons observées ces derniers mois et années», a indiqué un fonctionnaire américain de haut rang dont les propos ont été repris par le journal.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a précédemment déclaré que la Russie comptait recevoir une réponse de l’administration Biden à ses propositions concernant les relations américano-russes.

De nouvelles sanctions en vue?

Selon le Washington Post, l’administration Biden se prépare à adopter de nouvelles mesures contre Moscou en attendant un nouveau dossier.

Le nouveau Président devrait ainsi charger cette semaine la directrice du renseignement national américain Avril Haines de lui fournir un rapport complet sur la Russie, affirme le journal en précisant que le document devrait notamment porter sur l'ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle aux États-Unis en 2020, l’utilisation présumée d'armes chimiques contre le blogueur Alexeï Navalny ou la cyberattaque de décembre dernier contre plusieurs agences fédérales américaines que Washington impute à des hackers russes.

Lire aussi:

Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Un sondage donne la personnalité politique préférée des Français
Une jeune femme violée dans le métro parisien, son agresseur déjà arrêté 11 fois pour des infractions sexuelles
Tags:
Joe Biden, Washington Post, relations, FSB, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook