Amérique du Nord
URL courte
Par
236643
S'abonner

En mission secrète en Arizona, deux soldats des forces spéciales allemandes se sont rendus dans un hôpital pour des renseignements. Après qu’ils ont refusé de décliner leur identité, l’hôpital a cru à une préparation d’attaque et a contacté le FBI, relate Der Spiegel.

Le comportement peu scrupuleux de deux soldats d’élite allemands aurait pu créer un incident diplomatique entre Berlin et Washington, révèle le magazine allemand Der Spiegel samedi 20 février. Depuis le début de l’année, une équipe des forces spéciales allemandes (Kommando Spezialkräfte) suit un entraînement sur le sol américain dans le plus grand secret.

Deux de ses membres se sont rendus dans une clinique en Arizona, souhaitant savoir s’il était possible d’y être soigné en cas d’accident ou d’infection au coronavirus. Une vérification des procédures de secours est parfaitement normale dans ce cadre, précise l’hebdomadaire, mais les soldats ont procédé de façon étrange.

Habillés en civil, ils ont refusé de décliner leur identité. Au lieu de montrer leurs papiers, ils n’ont livré qu’un document de l’Otan inutilisable par l’hôpital. Les membres du personnel ont alors craint qu’il s’agisse de membres d’une milice armée souhaitant inspecter l’établissement en vue d’une attaque et ont contacté le FBI.

Imbroglio diplomatique

Face aux agents du renseignement américain, les deux soldats ont finalement révélé le motif de leur présence. Le FBI a alors contacté l’ambassade d’Allemagne à Washington, mais celle-ci n’était au courant de rien, tant l’exercice des forces spéciales était tenu secret. Ce n’est qu’après de nombreux échanges téléphoniques avec Berlin que la situation a été clarifiée.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Tags:
Arizona, hôpital, bévue diplomatique, Allemagne, forces spéciales, FBI
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook