Analyse
URL courte
Par
0 171
S'abonner

Martin Schulz est persuadé que l'UE doit examiner la crise en Ukraine comme un problème européen interne. D'après lui, les Etats-Unis ne sont pas en mesure de le résoudre.

Comme on s'y attendait, les participants au sommet de l'UE, qui vient d'achever ses travaux à Bruxelles, ont chargé Federica Mogherini, Haut-Représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, de préparer pour la rencontre de juin des chefs d'Etats et de gouvernements des 28 pays de l'UE un plan d'actions pour contrer ce qu'ils qualifient de « désinformation » de la part de la Russie concernant la situation en Ukraine. Et la veille le président du Parlement européen Martin Schulz a déclaré que le président russe Vladimir Poutine avait mis le cap sur le renforcement de son influence au sein de la communauté européenne dans le but de sa division.

Suivant l'information de l'agence Reuters, citant de hauts fonctionnaires à Bruxelles, on prévoit de former un certain groupe de travail pour les communications stratégiques. Ce groupe d'experts aura pour mission de « vérifier et de corriger des faits », contenus dans la fameuse « désinformation » russe, ainsi que d'élaborer des méthodes de « présentation européenne des matériaux », y compris en langue russe.

Avant le sommet le président du Parlement européen, principal organe législatif de l'Europe unie, Martin Schulz a appelé, par exemple, dans l'interview à l'hebdomadaire allemand Die Zeit à « user de tous les moyens » pour contrer, selon lui, les « tentatives de M. Poutine de scinder l'UE et d'exercer sur elle une influence de l'intérieur ».
Dans cette interview il y a encore un aspect à noter. Martin Schulz est persuadé que l'UE doit examiner la crise en Ukraine comme un problème européen interne. D'après lui, les Etats-Unis ne sont pas en mesure de le résoudre. Qui plus est les « faucons » américains, avant tout du camp républicain, par leurs actions ne font que mettre de l'huile sur le feu du conflit. Son règlement doit faire l'objet des pourparlers entre l'Europe et la Russie et non entre les Etats-Unis et la Russie. En dépit de la crise ukrainienne, de bons rapports avec la Russie doivent être gardés, a résumé le président du Parlement européen.

Nombre d'experts, comme, par exemple, le directeur adjoint de l'Institut de l'analyse politique et militaire Alexandre Khramtchikhine, considèrent que lorsque Bruxelles présente la Russie comme un démon pour plaire aux Etats-Unis, refuse à ces citoyens, voire à ses leaders politiques, le droit de former leur propre opinion, c'est cela qui conduit précisément à des clivages en Europe.

C'est ridicule, bien sûr. En somme, l'unité de l'Europe est devenue actuellement en un but en soi, — a dit M. Khramtchikhine à Sputnik. — C'est-à-dire qu'on ne doit admettre en aucun cas de division en quoi que ce soit, surtout dans une question aussi importante. Pour cette raison on verra consentir des efforts extraordinaires en tout genre pour l'éviter. Généralement parlant, la bureaucratie européenne a un rapport éloigné à la démocratie. C'est que personne ne l'avait élu nulle part.

En conclusion nous proposons à votre attention une brève remarque de l'un des lecteurs de Die Zeit à propos de l'interview de Martin Schulz. « La deuxième partie de l'interview au sujet des faucons américains est non moins intéressante que la première. Pourquoi alors ne pas ajouter dans le titre que leurs appels menacent également l'Europe de division? Je ne le comprends pas ». En somme, nous aussi.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Russie-Occident: un an de sanctions réciproques
Madrid hostile à un durcissement des sanctions contre Moscou
Le coup d’État à Kiev était préparé bien avant le Maïdan
Les Ukrainiens craignent la Russie et se méfient de l'UE
Tags:
Union européenne (UE), Martin Schulz, États-Unis, Ukraine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook