Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de Chine

    Les alliés des Etats-Unis refusent de jouer contre la Chine

    Analyse
    URL courte
    Par
    0 882
    S'abonner

    Deux grands alliés américains dans la région d'Asie-Pacifique : l'Australie et le Canada ont soutenu le projet chinois de fondation de la Banque asiatique d'investissements dans les infrastructures (AIIB).

    La Russie rejoint la banque asiatique AIIB
    © AFP 2019 HOW HWEE YOUNG / POOL
    Le ministre australien des finances Mathias Cormann doit annoncer officiellement l'adhésion à la Banque à la prochaine séance du forum asiatique à Boao, dans le Sud de la Chine, à la fin de la semaine. Le Canada le fera à un autre forum d'ici le 31 mars, délai limite fixé par la Chine.

    L'Autriche a fait le 25 mars son choix en faveur de l'AIIB. Les grands partenaires des Etats-Unis en Europe: Grande-Bretagne, Allemagne, France, Italie, Luxembourg et Suisse ont annoncé leur décision de rejoindre les pays fondateurs. Le « château de cartes » des pays qui auraient dû jouer du côté de Washington contre Pékin s'est écroulé après la renonciation de la Chine au droit de veto dans la Banque.

    Ce fut un geste diplomatique fort de la Chine ayant déjà placé 100 milliards de dollars en tant que capital statutaire de l'AIB. Pékin pourra multiplier cette somme et les pays européens et l'Australie entendent y investir au maximum 3 milliards de dollars. Qui plus est, l'AIB placera les capitaux et accordera des crédits en yuans pour aménager l'infrastructure en se fondant sur l'initiative du président de la RPC Xi Jinping concernant la Nouvelle route de la Soie, terrestre et maritime, d'Asie en Europe. De l'aveu de la Chine, les deux projets sont interdépendants.

    Le Canada ayant annoncé officiellement son adhésion au projet chinois, parmi les alliés américains au sein du G7 seul le Japon qui ne le fait pas sous la pression de Washington. Le politologue Vladimir Evseev a dit à notre correspondant que le Japon ne resterait pas pendant longtemps dans l'ombre des Etats-Unis:

    La Chine accèdera d'ici 2025 au leadership mondial dans l'économie et entend former vers ce moment le système financier national. Les Etats-Unis essaient sans doute de le bloquer. S'ils parviennent quand même à supporter une percée économique de la Chine, ils ne sauront tolérer le leadership bancaire et financier de Pékin. C'est pour ça que Washington exerce une puissante pression sur le Japon pour qu'il ne participe pas au projet. Or, une telle pression a des limites. Les Etats-Unis ne réussiront pas à se soumettre le Japon en la matière.

    La Corée du Sud et un autre « tigre asiatique » qui ne figure pas parmi les pays fondateurs de l'AIB. Selon l'expert de l'Institut d'études orientales de l'Académie des sciences de Russie Alexandre Vorontsov, Séoul fera un choix juste entre l'aspect commercial du projet chinois et les engagements politiques devant Washington:

    Les Etats-Unis adoptent une attitude négative envers cette idée chinoise. La Corée du Sud est contrainte, tout comme le Japon, de prendre en considération la position de leur partenaire aîné. Or, certains partenaires et alliés de Washington ont décidé de soutenir l'initiative chinoise et il est possible que leur exemple encourage Séoul.

    L'Inde et le Pakistan ont rejoint les premiers la Banque asiatique d'investissements dans les infrastructures. Le Vietnam, les Philippines, la Malaisie ayant le litige territorial avec la Chine dans la mer de Chine méridionale en ont fait de même. Il n'est pas exclu que l'Indonésie et la Nouvelle-Zélande suivent leur exemple dès la semaine en cours lorsque les leaders de ces pays se rendront au « Davos chinois » à Boao.

     

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Lire aussi:

    Paris, Berlin et Rome souhaitent rejoindre la banque asiatique AIIB
    L'alternative chinoise à la Banque mondiale attire les Européens
    Banque asiatique d’investissement: Paris, Berlin et Rome intéressés
    Banque d’investissement asiatique: le Japon boude le projet chinois
    Tags:
    Mathias Cormann, Canada, Australie, États-Unis, Chine, AIIB
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik