Analyse
URL courte
Par
12511
S'abonner

Les liquidités des banques algériennes ont chuté de 42,38% depuis fin 2018, informe une note de la Banque d’Algérie. Une baisse qui intervient alors que le pays accuse un déficit budgétaire de 10,4% de son PIB, selon le ministre des Finances. Alger sera-t-il contraint de recourir à l’endettement extérieur et à la planche à billets?

La situation économique et financière de l’Algérie se corse. En effet, après l’annonce faite le 18 mai par le ministre des Finances Abderrahmane Raouya à l’Assemblée populaire nationale (APN) concernant le déficit budgétaire prévu pour 2020 et la baisse des revenus de l’État avec la chute des prix du pétrole, la Banque d’Algérie fait état d’un important recul des liquidités des banques qui vont bientôt se retrouver dans la difficulté à financer les entreprises. Face à cette situation, le gouvernement algérien a-t-il encore les moyens de tenir ses engagements de non recours à l’endettement extérieur et au financement non conventionnel?

Le modèle de relance économique par le crédit public productif — mis en place aux États-Unis dans les années 1930 par le Président Franklin Delano Roosevelt et en France par le Conseil national de la résistance puis par le général de Gaulle après la Seconde Guerre mondiale — peut-il servir d’exemple à l’Algérie, voire à tous les pays du Maghreb, pour surmonter la crise? Analyse.

État des lieux

Lors de son passage à l’APN, M.Raouya a indiqué que le déficit budgétaire devrait atteindre 1.976,9 milliards de dinars (13,6 milliards d’euros) en 2020, soit 10,4% du PIB. Les recettes budgétaires de l’Algérie vont selon le ministre baisser à 5.395,8 milliards de dinars (37 milliards d’euros), tout comme les dépenses de l’État qui seront plafonnées à 7.372,7 milliards de dinars (50,5 milliards d’euros), rapporte le site d’information Reporters.

Pour sa part, la Banque d’Algérie vient d’annoncer que les liquidités des banques ont chuté «de 1.557,7 milliards de dinars (10,7 milliards d’euros) fin 2018 à 916,7 milliards de dinars (6,3 milliards d’euros) fin mai 2020», soit une baisse de 660 milliards de dinars (4,5 milliards d’euros) ou de 42,38%, explique le média.

Cette situation va mettre les banques dans de grandes difficultés pour financer les entreprises, et ce malgré les mesures prises par la Banque d’Algérie pour faire face à cette situation. En effet, en avril, la Banque d’Algérie a annoncé une baisse de 25 points de base (0,25%) de son taux directeur qui est passé à 3% et du taux de réserve obligatoire des banques fixé à 6%. Par ailleurs, le seuil de refinancement par la Banque d’Algérie des titres publics a été relevé. À ceci s’ajoute le recul des réserves de change en dessous de 60 milliards de dollars (53 milliards d'euros).

Quid de la planche à billets et de l’endettement extérieur?

Les autorités algériennes se refusent à recourir à «l’endettement extérieur et au financement non conventionnel» pour résorber la crise financière qui ne manquera pas d’impacter gravement l’économie réelle. Mais l’engagement est-il tenable dans le contexte actuel?

À regarder la chute des liquidités bancaires entre fin 2018 et fin mai 2020 (42,38%), il apparaît que la mise en pause en mai 2019 de la planche à billets (lancée en novembre 2017 par le gouvernement d’Ahmed Ouyahia) semble être la cause directe de cette baisse. En effet, entre novembre 2017 et juin 2019, la Banque d’Algérie a imprimé 6.500 milliards de dinars (44,7 milliards d’euros) pour faire face au déficit du budget de fonctionnement de l’État.

D’ailleurs, lors d’un passage le 4 mai sur la Chaine 1 de la Radio nationale, le président du Forum des chefs d’entreprises (FCE, le Medef algérien) Sami Agli a appelé le gouvernement à octroyer des crédits sans intérêts aux entreprises, dont 80% sont impactées par la crise du Covid-19, pour sauver les emplois.

Crédit public productif et planche à billets

La monnaie n’a pas de valeur intrinsèque. Elle en acquiert une en fonction des biens et services nés des avancées scientifiques et technologiques d’un pays qui permettent la création d’échanges quantifiables.

Au lieu d’utiliser la création monétaire pour financer les dépenses courantes de l’État (dont 70% sont les salaires), et pouvant entraîner l’économie algérienne dans une spirale inflationniste, il existe un moyen de transformer l’argent créé ex nihilo en capital physique avec un effet autobloquant de l’inflation. Tel est le principe du crédit public productif qui a permis à F.K. Roosevelt de mener sa politique du New Deal aux États-Unis et à de Gaulle celle des Trente Glorieuses en France.

Dans ce cas, il est nécessaire de noter que le gouvernement algérien est tenu de remettre en place la planification indicative sur fond des réformes fiscale et bancaire plus que nécessaires pour donner toutes ses chances à ce système de réussir. Il est également impérieux d’engager les réformes structurelles de l’économie et de sa gestion.

Imaginons que l’État établisse un plan de construction d’un million de logements, dont 25% de sociaux. Les promoteurs immobiliers, publics ou privés, ne disposant pas de la somme nécessaire pour réaliser le projet se verraient obligés de solliciter des crédits auprès des banques. Les banques prêteraient alors aux entreprises du BTP en fonction de leur avoirs obligatoires fixés par la Banque d’Algérie au taux de 5% d’intérêts pour une durée suffisante couvrant la période de réalisation et de vente des logements destinés au marché immobilier et de la collecte des loyers pour les sociaux (soit 20 ans). Dans ce cas, les banques avanceraient 40% du crédit de leurs fonds propres tout en étant assurées que les 60% restants pourraient faire l’objet d’un escompte ou d’une mobilisation auprès de la Banque d’Algérie à un taux de 3%, comme c’est le cas actuellement, voire à 2%.

La Banque d’Algérie créerait dans ce cas ex-nihilo l’argent correspondant aux 60% du crédit restant. Cet argent servirait alors à payer les usines de production de ronds à béton, de briques, de ciment, de plâtre, de peinture et autres, les salaires de leurs employés et ceux des entreprises du BTP.

Une fois les projets finis, les promoteurs immobiliers entameraient la vente des logements et la location des logements sociaux. Les recettes engrangées permettraient de rembourser les crédits. Et les banques à leur tour rembourseraient la Banque d’Algérie. Et une fois le crédit totalement remboursé, la monnaie initialement créée serait détruite par la Banque d’Algérie. Cependant, elle se serait entre-temps transformée en capital physique (logements, écoles, crèches, commerces, etc.).

Dans la réalité, l’augmentation de la masse monétaire en circulation dans l’économie correspond à l’augmentation de l’encours des crédits sur l’économie réelle, à condition d’assécher les liquidités du marché parallèle, ce qui bloque complètement l’inflation.

Ce système peut être appliqué à tous les secteurs de l’économie. Il peut notamment servir à financer des projets de haute technologie qui seront développés par des entreprise nationales.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Paris appelle les pays du Moyen-Orient à renoncer au boycott des produits français
Le seuil des 52.000 nouveaux cas journaliers de Covid-19 dépassé en France
Netflix enregistre 800% de désabonnements en plus depuis septembre à cause des «Mignonnes»
Tags:
financement, dette publique, dette, crise financière, crise économique, crise politique, Abdelmadjid Tebboune, Abdelaziz Djerad, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook