Ecoutez Radio Sputnik
    Un MiG-31 russe porteur de missiles hypersoniques Kinjal

    Les missiles hypersoniques russes Kinjal, potentiels «tueurs» de porte-avions US

    © Photo. ministère russe de la Défense
    Défense
    URL courte
    18573

    Les missiles hypersoniques russes Kinjal peuvent être caractérisés comme les «principaux tueurs» potentiels de porte-avions dans la région pacifique car cette arme est capable de rendre vulnérable la flotte américaine, et d’aider ainsi Moscou et Pékin à réduire la présence militaire de l’Occident dans le Pacific Rim, écrit la revue The Diplomat.

    Depuis son entrée en service en 2010, le missile balistique chinois DF-21D a fait la une des journaux pour sa capacité de détruire de grands navires de guerre américains se trouvant à une distance allant jusqu'à 1.450 kilomètres des côtes du pays. La Marine américaine avait alors reconnu son incapacité d'assurer la sécurité de ses navires face aux missiles chinois. Ceci obligeait Washington à se maintenir de façon plus modeste, écrit la revue The Diplomat.

    «Alors que le DF-21D est un système d'armes extrêmement redoutable, un nouveau système d'arme déployé à partir de 2018 est susceptible de représenter une menace beaucoup plus importante pour les navires de guerre américains dans le Pacifique, il s'agit ainsi du nouveau missile hypersonique Kh-47M2 Kinjal de l'armée russe», souligne Abraham Ait, auteur de l'article.

    Les missiles en question équipent le chasseur supersonique MiG-31. Le long rayon d'action ainsi aux forces aériennes russes de viser les porte-avions américains se trouvant à la distance de 3.500 kilomètres des frontières maritimes, précise l'analyste.

    Selon M.Ait, les missiles Kinjal sont capables de détruire les navire les plus puissants de l'adversaire jusqu'à 2.000 kilomètres de distance.

    Un certain nombre de personnalités de l'armée américaine ont noté le déploiement par la Russie de ces nouveaux missiles hypersoniques que les États-Unis n'ont actuellement aucune capacité d'intercepter, indique l'article.

    L'auteur rappelle que le général John Hyten avait déclaré lors d'une réunion du Comité des forces armées du Sénat que les systèmes de défense aérienne des États-Unis demeuraient totalement incapables d'arrêter les attaques effectuées avec des armes hypersoniques.

    D'après l'analyste qui se réfère aux médias américains, en 2017 en Arabie saoudite, le système américain de défense aérienne Patriot s'est révélé incapable d'intercepter le missile balistique tactique R-11, pourtant développé il y a plus de 50 ans.

    «Cela a des implications sérieuses non seulement pour la partie continentale des États-Unis face aux nouveaux ICBM russes, mais aussi pour la marine américaine qui pourrait voir ses destroyers et ses porte-avions coulés par les nouveaux missiles Kinjal en cas de conflit», explique-t-il également.

    Si les chasseurs supersoniques MiG-31, équipés de Kinjal, se retrouvent déployés au Proche-Orient, les forces aériennes russes pourront viser des navires américains à une distance allant jusqu'à 3.500 kilomètres de frontières maritimes. Ainsi, la Russie pourra «fermer» la plus grande partie de la mer de Chine méridionale où se déploie une lutte d'intérêts entre Washington et Pékin. La Russie pourra ainsi renforcer son influence dans la région, résume Abraham Ait.

    Vladimir Poutine a présenté le système aérien de précision Kinjal et d'autres armes russes sophistiquées le 1er mars dernier, dans son message annuel au parlement. Selon le Président russe, ce missile hypersonique capable d'atteindre une vitesse de Mach 10 (dix fois la vitesse du son) peut déjouer tous les systèmes de défense antiaérienne et antimissile actuels, transportant des ogives nucléaires ou conventionnelles à une distance de plus de 2.000 km.

    En décembre dernier, le système Kinjal est entré en service opérationnel dans la région militaire russe du Sud, d'après M. Poutine. Le vice-ministre russe de la Défense, Youri Borissov, a annoncé plus tard que les missiles aérobalistiques Kinjal pouvaient frapper des porte-avions, des destroyers et des croiseurs ennemis.

    Le MiG-31, «un avion supersonique unique qui devance son temps», a été modernisé parallèlement au développement du Kinjal, d'après le vice-Premier ministre russe, Dmitri Rogozine.

    Lire aussi:

    Les USA impuissants devant les missiles hypersoniques russes Kinjal?
    Le missile hypersonique russe Kinjal poursuit-il ses tests avec succès?
    Des MiG-31 modernisés pour les missiles hypersoniques Kinjal
    Tags:
    missiles, porte-avions, chasseur, défense, Kinjal (missile air-air hypersonique), MiG-31, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik