Economie
URL courte
Par
27535
S'abonner

A la tête de la Cour des comptes, Pierre Moscovici a fait part de son inquiétude concernant l’explosion de la dette publique française. Elle pourrait en effet selon lui atteindre prochainement 140% du PIB. Un contexte «qui risque de peser sur les prochaines générations». Au micro de Sputnik, l’économiste Bruno Tinel donne une tout autre version.

«La dette a autant augmenté en quelques mois qu’au cours des dix années précédentes.» Pierre Moscovici, premier président de la Cour des comptes, a tiré la sonnette d’alarme dans les colonnes du Parisien.  D’après l’ancien commissaire européen, l’explosion de la dette publique qu’a entraîné la crise du coronavirus est un problème à ne pas sous-estimer.

​Selon les chiffres donnés par Pierre Moscovici, la dette publique française était d’environ 2.400 milliards d’euros avant l’épidémie de Covid-19, soit presque 100% du produit intérieur brut (PIB). Au deuxième trimestre, elle a augmenté de 200 milliards d’euros pour atteindre 114,1% du PIB fin juin, selon l’Insee. Cette augmentation de 12,7 points par rapport à fin mars représente la plus forte hausse jamais enregistrée depuis 1995 et le début de la publication de ce type d’indicateur.

«Quelque chose est en train de se passer»

«Entre le coût de la crise sanitaire et les effets de la crise économique, la dette a augmenté de l’ordre de 6.500 euros par Français… C’est dire l’ampleur du problème. Ne le sous-estimons pas», s’alarme Pierre Moscovici dans son interview au Parisien. D’après lui, sans maîtrise des dépenses, la dette pourrait prochainement atteindre 140% du PIB.

Economiste aux positions hétérodoxes, auteur de l’essai «Dette publique: sortir du catastrophisme» (éd. Raisons d’agir, 2016), Bruno Tinel se dit quant à lui «très inquiet», mais «pas pour les mêmes raisons que Pierre Moscovici»:

«Comme Pierre Moscovici, beaucoup s’inquiètent de l’ampleur de la dette. Est-ce cela le plus préoccupant ou l’état dans lequel se trouve l’économie, les faillites à venir et les gens qui perdent leurs emplois?» s’interroge, au micro de Sputnik, l’économiste Bruno Tinel, maître de conférences à l’université Paris 1.

Face au désastre économique provoqué par la pandémie, le gouvernement a décidé de maintenir tant bien que mal l’économie à flot, notamment par un dispositif de chômage partiel, des exonérations de charges et des prêts garantis par l’État. Une stratégie qui coûte très cher. Le plan de relance présenté en septembre par l’exécutif se chiffre à 100 milliards d’euros. «À période exceptionnelle, réponses exceptionnelles. Il était nécessaire de sauvegarder l’économie et la cohésion sociale. Mais cela rend la mission de la Cour d’autant plus nécessaire: dépenser beaucoup impose de dépenser bien», lance au Parisien Pierre Moscovici.

«Une trajectoire de dette à la hausse indique que quelque chose est en train de se passer et qu’il faut donc la modifier. Mais pour ce faire, il convient de s’interroger sur les raisons de l’augmentation de cette dette. Elle ne se fabrique pas toute seule et résulte d’une politique économique. Comment cette politique est-elle menée et dans quel contexte macro-économique?», questionne Bruno Tinel.

Actuellement, la France bénéficie de conditions d’emprunt exceptionnelles avec un taux à dix ans à environ -0,25%. Comme le souligne Pierre Moscovici, le pays «a beaucoup d’atouts». Mais il rappelle également que «les taux finiront bien par remonter un jour».

L’un des risques identifiés concerne le plan de relance de l’Union européenne, qui se chiffre à 750 milliards d’euros, sur lequel les 27 se sont mis d’accord le 21 juillet. Le processus de ratification de ce dernier est toutefois encore bloqué par la Hongrie et la Pologne. Varsovie et Budapest mettent la pression sur leurs partenaires car ils veulent des précisons sur le mécanisme qui doit conditionner le versement des aides au respect de l’état de droit. De quoi faire capoter le plan de relance et provoquer une hausse des taux sur le marché obligataire? Pierre Moscovici se refuse d’y croire, comme il l’a expliqué au Parisien: «La reconnaissance par l’Union européenne d’une solidarité et d’une réponse collective et massive est une conquête absolument essentielle. C’est un plan d’intérêt général. Il n'y a pas d’alternative.»

Ce dernier est une petite révolution en Europe. Pour la première fois, l’Union dans son ensemble fera appel aux marchés obligataires pour lever 390 milliards d’euros, qu’elle redistribuera aux pays et régions les plus touchés par la crise. Un pas vers une mutualisation de la dette au niveau européen? Pour Pierre Moscovici, nous en sommes encore loin: «Certains enfin misent sur une mutualisation de cette dette avec le plan européen. Il représente une percée fondamentale mais il reste limité.»

Annuler la dette?

Pour Bruno Tinel, ce n’est pas vers l’Europe qu’il faut regarder en priorité: «Je partage l’idée qu’il serait souhaitable d’avoir davantage de solidarité au niveau européen. Mais ira-t-on plus loin que ce qui va se faire dans le cadre du plan de relance? Je ne sais pas. Selon moi, c’est d’abord la solidarité au niveau national qui prime.»

D’autres comptent sur la Banque centrale européenne, qui multiplie les rachats de dette des pays européens. En avril et mai dernier, selon les calculs des analystes d’Unicredit, la BCE a acquis 51,1 milliards d’euro d’obligations d’État italiennes pour une offre de titres nette de 49 milliards d’euros. Sur cette période, la BCE a donc racheté l’intégralité des emprunts italiens émis. Pour Pierre Moscovici, ce type de stratégie ne peut pas devenir la norme: «Même si la Banque centrale européenne (BCE) fait des efforts considérables, il faut être conscient des limites de son mandat et de ses ressources.»

​Quid de l’annulation de la dette que réclame une partie de la gauche? «Certains peuvent rêver d’une annulation de la dette publique. Cela entraînerait des pertes considérables pour les épargnants. Et je pense que cela ne se produira donc pas», répond au Parisien Pierre Moscovici.

«Souhaiter l’annulation de la dette publique de la France n’est pas l’option la plus intéressante. Nous aurions beaucoup à y perdre», avertit pour sa part Bruno Tinel.

Quelles sont donc les solutions à mettre en place pour gérer le problème de la dette? Sans surprise, Pierre Moscovici et Bruno Tinel ne partagent pas la même analyse. Le premier président de la Cour des comptes a demandé qu’une nouvelle loi de programmation des finances publiques soit présentée au printemps 2021.

​Elle doit donner une trajectoire sur plusieurs années afin d’avoir plus de visibilité. «La tâche de ceux qui gouvernent, c’est de penser à moyen terme aux moyens de réduire cette dette, qui est un facteur de vulnérabilité pour notre économie et qui risque de peser sur les prochaines générations, notamment sur la jeunesse déjà durement éprouvée», a expliqué Pierre Moscovici au Parisien.

Un constat que réfute Bruno Tinel:

«La dette publique est déjà assumée par les générations présentes. Dire qu’on la lègue aux générations futures est faux sur le plan financier. On transfère à la fois les dettes et les créances. Nous sommes collectivement endettés via l’État auprès des créanciers de la dette publique. Ce sont ceux qui ont beaucoup d’épargne, donc les plus aisés.»

Selon ce dernier, l’économie française n’a jamais connu une telle baisse d’activité, et le pays sera sans doute confronté à une vague inédite de faillites. «Dire que par-dessus tout cela il faut se préparer à une politique d’austérité pour maîtriser les dépenses est plus inquiétant que le niveau de dette», assure-t-il.

«Miser sur des projets à long terme»

Bruno Tinel affirme que les années qui ont suivi la crise financière de 2008 ont été «perdues». «Durant cette période, le gouvernement a soi-disant fait de la consolidation budgétaire avec, déjà, des discours sur la nécessité de maîtriser les dépenses», analyse-t-il. Et de poursuivre: «Cette obsession n’a non seulement pas donné lieu à un désendettement décisif de la France mais n’a pas non plus amélioré la trajectoire macro-économique du pays.»

Pierre Moscovici assure dans les colonnes du Parisien que «ce qui compte est notre volonté collective: garder notre crédit, relancer la croissance, maîtriser à moyen terme nos finances publiques».

«Cette fixation sur les dépenses sans s’interroger sur les autres dimensions économiques en ce qui concerne la dette est, selon moi, la vraie inquiétude. Si on continue avec ce logiciel et qu’un jour la situation empire au point que les taux d’intérêts à long terme augmentent, on se demande comment nos gouvernants pourront mener la moindre politique», rétorque Bruno Tinel.

D’après l’économiste, Pierre Moscovici se trompe de combat. Bruno Tinel affirme que les finances publiques sont globalement sous contrôle en France et que le pays connaît une hausse de sa dette publique dans un contexte de maîtrise de ces dernières. Pour le maître de conférences, le problème principal demeure que ces finances publiques sont utilisées pour faire face à des situations d’urgence.

«Les Françaises et les Français, qui ont du bon sens, le savent. Une dette peut être allégée, différée, gérée mais, à la fin, il faut bien qu'elle soit remboursée. Pendant les dix années qui viennent, nous aurons sans doute une dette supérieure à ce que nous avions connu avant l’épidémie de Covid. Nous vivons avec le virus, nous aurons à vivre avec la dette», prévient Pierre Moscovici.

​Une nouvelle fois, Bruno Tinel pense différemment. D’après lui l’essentiel est de trouver la politique économique qui prépare le mieux l’avenir et qui permet d’assumer la dette tout en en allégeant le poids relatif. «Il ne s’agit pas de rembourser jusqu’au dernier euro à un instant T. La dette se maintient et se refinance par de nouvelles émissions de dette», précise-t-il.

Comment faire? Une des priorités avancées par l’économiste est de mettre en  place un système fiscal plus juste, avec une meilleure progressivité. «Cette dernière n’a de cesse de s’éroder depuis les années 1980», se désole-t-il. Bruno Tinel assure qu’il est également nécessaire de «se remettre à investir». «Et je ne parle pas de dépenses sociales d’urgence, qui sont par ailleurs nécessaires», souligne l’économiste.

«Il faut miser sur des projets à long terme qui répondent à nos besoin sur le long terme. Cela concerne autant les transports que la production d’énergies, la recherche, le logement ou la santé. C’est cela qui crée de l’emploi et qui améliore la qualité du développement et, par conséquence, le poids relatif de la dette s’allégera», conclut Bruno Tinel.

Lire aussi:

Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
«Absurdie», «gardien de prison», «incompétence»: le monde politique réagit aux annonces de Macron
Tags:
chômage, crise économique, économie, France, coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook