Faits divers
URL courte
Par
Enseignant décapité en région parisienne (102)
311544
S'abonner

Le premier collégien contacté par l’assaillant de Samuel Paty a raconté aux enquêteurs que celui-ci lui avait proposé 300 euros pour l’aider à trouver l’enseignant qu’il voulait filmer à s’excuser pour avoir montré en classe des caricatures du prophète, relate BFM TV. L’élève avoue regretter profondément ne pas avoir alerté les adultes.

Le déroulement des événements avant le meurtre de l’enseignant Samuel Paty a été raconté aux enquêteurs par l’un des collégiens qui ont désigné l’homme à son assassin en échange d’argent, rapporte BFM TV. Un adolescent, le premier à qui Abdoullakh Anzorov, l’agresseur, a demandé des renseignements, a affirmé aux forces de l’ordre que l’homme lui avait proposé 300 euros pour qu’il lui désigne l’enseignant. La raison? Il a expliqué à cet élève de 14 ans qu’il ne voulait que filmer ce professeur faire des excuses pour avoir montré en classe des caricatures du prophète.

Le collégien a confié, a appris la chaîne de télévision, qu’il n’avait remarqué aucune arme sur l’homme. Il a été choqué par la somme d’argent proposée et n’a pas pu imaginer à quelle fin cette demande semblant si simple mènerait. Il n’a parlé de cette proposition à aucun autre adulte du collège non plus qu’à un proche, ce qu’il avoue regretter aujourd’hui.

L’élève avait alors approché d’autres jeunes pour trouver l’enseignant. Cinq garçons ont pris position en face de l’établissement, attendant jusqu’à ce que le professeur sorte du collège. Selon BFM TV, il n’est pas évidemment de déterminer lequel d’entre eux a vu le premier Samuel Paty et l’a désigné à son futur assassin.

Toutefois, ensuite, aucun des adolescents qui ont partagé l’argent entre eux, n’a assisté au drame qui s’est déroulé plus tard, quelques centaines de mètres plus loin. Ils admettent tous qu’ils ont appris sur le meurtre le soir-même.

Enseignant décapité en raison de caricatures

Le 16 octobre, Samuel Paty, professeur de 47 ans, a été retrouvé vers 17h, décapité, non loin de son collège du Bois d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines. Il a été tué pour avoir montré des caricatures de Mahomet lors de ses cours sur la laïcité et la liberté d’expression.

Le terroriste, d’origine tchétchène, a été neutralisé par les forces de l’ordre par plusieurs coups de feu et a succombé à ses blessures.

Dans le cadre de l’enquête, 15 personnes -dont quatre collégiens- sont actuellement en garde à vue.

Le 18 octobre, des rassemblements en hommage à l’enseignant se sont produits dans plusieurs villes françaises. Un hommage national se déroulera le 21 octobre pour honorer la mémoire du professeur.

Dossier:
Enseignant décapité en région parisienne (102)

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
caricature, Prophète Mahomet, France, Samuel Paty, Yvelines
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook