Faits divers
URL courte
Par
73105319
S'abonner

La commune de Casseneuil, dans le Lot-et-Garonne, a fait parler d’elle jeudi par le message jugé haineux et raciste d’un conseiller municipal. Une partie de la communauté musulmane du village a investi la mairie pour demandes des excuses, relate La Dépêche de midi. L’élu a annoncé qu’il allait démissionner.

Mercredi 21 octobre, Bernard Clain, conseiller municipal de la petite commune de Casseneuil (Lot-et-Garonne) publie un message sur Facebook lié à la décapitation de Samuel Paty, condamnant les «assassins incultes» qui «encensent un déséquilibré qui a écrit des versets haineux». La publication ne plaît pas du tout à la communauté musulmane locale. Plusieurs musulmans se rendent à la mairie le lendemain pour protester, rapporte La Dépêche du midi.

«Il n’a pas sa place au sein d’une municipalité qui a été élue par un bon nombre de membres de la communauté musulmane», affirment certains plaignants sur place.

La maire étant en vacances, deux adjoints tentent d’apaiser la situation. Une employée municipale admet par ailleurs que «c’est une erreur de s’exprimer ainsi sur les réseaux sociaux».

La préfète du département, Béatrice Lagarde, réagit en publiant un communiqué condamnant les «propos insultants» de l’élu et appelle «au calme et à l’unité républicaine». «Aucune incitation à la haine ne peut être tolérée. L’autorité judiciaire a été saisie de ces faits», conclut le message.

Il présente sa démission

Le principal intéressé, présent dans la mairie, présente ses excuses aux quelques personnes venues protester. «Je n’ai jamais voulu mettre la mairie en difficulté. Quand on est nouvellement élu, il est difficile de faire la part des choses entre ce qui relève du domaine privé et ce qui relève de mes fonctions d’élu», explique-t-il.

En début de soirée, il exprime ses regrets sur Facebook, expliquant qu’il a «voulu dire qu’il est impardonnable que des personnes tuent des enseignants au nom de la liberté d’enseigner», puis annonce qu’il va présenter sa démission au conseil municipal.

Lire aussi:

Deux personnes mortellement blessées au couteau dans le nord des Pays-Bas
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Sous-marins: la Maison-Blanche réagit à la colère française en renvoyant à l’Australie le soin de s’expliquer
Tags:
mairie, Lot-et-Garonne, propos, racisme, haine, démission, excuses
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook