Faits divers
URL courte
Par
299453
S'abonner

Les villes de Valence (Drôme) et de Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) ont connu des violences urbaines lors de la première soirée de leur couvre-feu, constate Le Dauphiné libéré.

La première soirée du couvre-feu de 21h à 6h, instauré pour six semaines depuis vendredi minuit et qui concerne désormais 46 millions d'habitants en France, s’est avérée très agitée dans l’Ardèche et la Drôme, plus précisément dans les communes de Valence et de Bourg-Saint-Andéol, rapporte Le Dauphiné libéré.

À Valence, ville préfecture du département de la Drôme, des protestataires ont érigé des barricades sur la chaussée et brûlé des poubelles dans deux quartiers.

​Jusqu’à minuit

Des policiers ont dû intervenir ce 24 octobre et ont constaté des tirs de mortiers d’artifice entre 21h45 et 22h15, précise le média. La police locale a été renforcée par des gendarmes drômois.

Le calme n'a été rétabli que vers 0h30.

À Bourg-Saint-Andéol, des militaires de la compagnie de gendarmerie de la commune du Teil (Ardèche) ont été la cible de tirs de mortiers d’artifice, vers 22 heures. Les gendarmes sont restés sur place jusqu’à 1 heure du matin, ajoute Le Dauphiné libéré.

Le couvre-feu

Face à la flambée des cas de Covid-19, 54 départements de France métropolitaine, ainsi que la Polynésie française, soit 46 millions de Français, sont concernés depuis le 24 octobre par les mesures de couvre-feu censés contenir la propagation du virus.

Santé publique France a en effet enregistré samedi un nouveau record de cas de contamination, avec 45.422 nouveaux cas confirmés en 24 heures. 

Lire aussi:

Cinq morts, dont un enfant, et des blessés en Allemagne où une voiture a foncé sur des piétons - images
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Macron indique à quelle période aura lieu la première campagne de vaccination en France
Tags:
barricades, Ardèche, Drôme, couvre-feu
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook